Un coq du nom de Maurice gagne son procès au Tribunal Correctionnel de Rochefort

Le tribunal Correctionnel de Rochefort en France vient de trancher en faveur du coq ? Maurice, ce jeudi 5 septembre 2019, dans le sud-ouest de France où il a été accusé par ses voisins d’être une nuisance sonore.
Par cette décision tant attendue, Maurice est désormais autorisé à continuer de chanter sur l’île d’Oléron.

Le tribunal a, en effet, estimé que les arguments avancés par la partie demanderesse ont été infondés.

Tout à commencé en 2017, après que deux retraités venus de Haute-Vienne ont rejoint l’île d’Oléron et en achète une maison de vacances. Les cocoricos de Maurice qui est arrivé après eux, dont l’enclos se trouve à proximité de leur maison, dérangent et deviennent insupportables. Ainsi, ils demandaient à Corinne Fesseau, la propriétaire du coq Maurice, de mettre fin à cette symphonie campagnarde.

Une première lettre recommandée étant parvenue à Corinne Fesseau par un conciliateur juridique n’a pas eu l’effet escompté. Et par une convocation d’huissier, Maurice et son propriétaire a été appelé à la barre pour être jugé. Charge d’accusation :« trouble anormal du voisinage». «Mes clients ont 68 ans, ils sont à la retraite. Ils aspirent simplement à la tranquillité lorsqu’ils viennent en vacances dans leur maison de l’île d’Oléron», a déclaré Me Vincent Huberdeau, avocat de la partie demanderesse.

Et, Corinne n’entendait nullement se séparer de son joyau. «Ils viennent 2 fois par an sur l’île. Moi, ça fait 35 ans que j’habite ici», a-t-elle lancé. Parallèlement, elle a lancé une pétition réunissant aujourd’hui près de 200 000 signatures dans le but de sauver son coq Maurice.

Initialement prévu pour le 6 juin, le procès a été reporté au 4 juillet 2019 où les parties ont pu avancer les arguments pouvant convaincre le tribunal.

Deux mois après, le tribunal donne son verdict. Et Corinne ne peut plus cacher son contentement. « Je suis sans voix. On leur a volé dans les plumes. C’est une victoire pour tous les gens dans la même situation que moi. J’espère que cela fera jurisprudence pour eux», s’est-elle enthousiasmée en présence de Me Julien Papineau, son avocat.

« Maurice a gagné et les plaignants devront verser à sa propriétaire 1.000 euros de dommages et intérêts, ainsi que le paiement de ses frais de justice», a déclaré l’avocat.

Ce dossier qui n’est pas une grande première en France a retenu l’attention de nombreux spécialistes. Il pose néanmoins des interrogations sur le déclin de l’identité française même liée à son passé agricole ayant le coq comme symbole nationale.

À noter que sur 40 voisins de la zone, il y en a que deux ça emmerde, donc le gallinacé Maurice a gagné et il peut continuer à son cocorico matinal.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker