Action Contre la Faim (ACF), non reconnue par l’armée nigériane

Le mercredi dernier, les employés de l’Organisation Non-Gouvernementale étaient contraints de fermer les portes de leurs locaux par les militaires de l’armée qui étaient, à ce moment, devant l’établissement. À la presse, ces employés déclarent n’avoir jamais eu le motif et étaient tous étonnés.

Silencieuse toute la journée, l’éclaircissement que portait l’armée n’a daté que jeudi, le lendemain. Le colonel Isa Ado, qui est le porte-parole d’une mise en place pour lutter contre les groupes djihadistes, a remis la balle au pied de l’ONG, comme quoi, elle serait en connivence avec les hommes appartenant à Boko Haram, une partie de l’État islamique. Cette base de connivence est qualifiée de malsaine et subversive par le colonel Ado, afin de soutenir les actions de Boko Haram.

Il estime aussi que le lien reposant entre eux ont pour fondement le fourni des médicaments et de la nourriture, en dépit des balises conditionnées par l’armée.

Sans répondre au colonel, l’ONG ne fait que continuer son travail. Elle a juste dénoncé du fait que son bureau a été brutalement fermé et évoque des autorités à ne pas la pertuber, tout en regrettant que ses services qui touchent des millions de personnes en condition précaire, n’arrivent vraiment pas à son terme.

À noter que l’État islamique de Boko Haram a eu en sa possession six employés de L’organisation Non-Gouvernementale. Tandis qu’elle est au centre d’un ensemble d’informations qui feraient croire qu’elle apporterait son aide à l’État islamique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker