« Il est trop tard Monsieur le Président », dixit Jacob Latortue

Cela fait déjà deux semaines depuis que le pays fait face à une vague de mobilisations qui paralyse presque toutes les sphères d’activités. Nombreux sont les personnalités qui fixent leur position par rapport aux demandes de la population dont la plus importante serait la démission du Chef de l’État. Le député des Gonaïves Jacob Latortue, dans une correspondance adressée au Président Jovenel Moïse fixe sa position.

« Monsieur le Président, votre adresse à la nation diffusée dans la nuit du 24 au 25 Septembre dernier a mis de l’huile sur le feu. Il ne convainc personne », c’est en ces mots que le représentant de la Cité de l’Indépendance au parlement a introduit sa correspondance.

Dans un contexte où tout le monde cherche à se démarquer de Jovenel Moïse, le député de l’opposition croit qu’il faut quand même s’adresser à la sagesse de celui-ci. « La société haïtienne connaît aujourd’hui l’une des crises les plus profondes de son histoire. C’est dommage que vous n’ayez tiré aucune leçon des événements qui ont conduit à la démission de Jacques Guy Lafontant », soutient-il.

D’après le député Latortue, l’appel au dialogue lancé par le Président serait vain en raison du fait qu’il n’obéit pas au momentum . « Le temps ne joue pas en votre faveur. En politique, le temps joue un rôle prépondérant. C’est fichu! La pendule de l’histoire ne s’arrête pas », fait-il la leçon à Jovenel Moïse.

Toutefois, M. Latortue reconnaît que le Président ne pouvait pas réaliser des miracles. Car, dit-il, les ressources de l’État sont maigres. « C’est pourquoi au lieu de continuer à faire des promesses fallacieuses, il serait mieux de vous comporter en Homme d’État et dire la vérité au peuple sur la lamentable situation financière du pays », reproche-t-il à Jovenel Moïse.

« Aujourd’hui, il est trop tard! La nation n’attend qu’un geste magnanime hautement patriotique pour éviter une intervention étrangère. L’histoire retiendra que vous avez souillé notre dignité de peuple », regrette le professeur Latortue.

Il conseille au Président d’agir avec promptitude, car soutient-il, l’heure est venue. Les conditions de vie des plus démunis s’aggravent avec le temps.

Il faut toutefois souligner que ces deux dernières semaines de mobilisation ont accouché toute une kyrielle de prise de position. Certaines pour continuer à défendre le mandat de Jovenel Moïse, tandis que les autres visent pour la plupart à se désolidariser du Chef de l’État.

Dans un contexte où tout le monde parle d’intervention étrangère, il faut aux leaders politiques un sursaut patriotique pour éviter une telle décision de l’internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker