Le Conseil de Sécurité de l’ONU prône un dialogue inter-haïtiens

Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a fixé sa position sur la crise politique haïtienne, le 4 Octobre 2019, à travers une note de presse officielle. Il appelle les acteurs haïtiens à dialoguer pour la mise en place d’un gouvernement au profit du peuple.

Cette déclaration a été l’occasion pour le Conseil de renouveler son soutien à la démocratie et au peuple haïtien. «Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé leur détermination à œuvrer avec le peuple et le gouvernement haïtiens pour un avenir démocratique, pacifique et sûr», a-t-on lu dans le communiqué.

Le Conseil condamne toutefois les actes de violence enregistrés lors des dernières journées de mobilisation et invite les acteurs à dialoguer pour le bien du peuple haïtien. «Les membres du Conseil dénoncent les actes anti démocratiques perpétrés en Haïti ces dernières semaines. Ils exhortent les secteurs politique, économiques et de la société civile à engager un dialogue inclusif et de bonne foi afin de former un gouvernement qui servira le peuple haïtien», toujours selon la note.

Plus loin, le Conseil de Sécurité opte pour une amélioration rapide de la situation du peuple haïtien. Selon lui, il importe de remédier à la détérioration de la situation humanitaire en Haïti en continuant de coordonner l’action du gouvernement haïtien, des Nations Unies et de la communauté internationale.

Rappelons que cette déclaration de l’instance suprême de l’ONU intervient à un moment où Haïti fait face une série de manifestations pour exiger le départ du Président de la République, Jovenel Moïse, 2 ans seulement après sa prise de fonction.

Quelques jours nous séparent également de l’entrée en vigueur de la dernière résolution créant le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH), une instance politique, qui devra remplacer la MINUJUSTH dont le mandat arrive à terme le 16 octobre prochain.

Il faut toutefois souligner que l’ONU qui, aujourd’hui exige le respect du mandat du président haïtien, exhorte les acteurs politiques à faire triompher la démocratie, pourtant presse Nicolas Maduro, un président démocratiquement élu pour quitter le pouvoir et remplacer par un de facto. Certains se questionnent même sur la crédibilité de l’ONU à s’immiscer dans les affaires internes de certains pays dont Haïti.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker