Carl Murat Cantave demande au Président d’entamer le dialogue sans dilatoire

Via une adresse à la nation, le président du sénat Carl Murat Cantave exige au président de la République d’entamer le dialogue sans dilatoire. Il l’invite aussi à déposer sur la table des discussions son mandat….. Tous les protagonistes sont invités par l’élu de l’Artibonite à insérer leur mandat au sein du débat.

En ce qui concerne l’ensemble des pics lancés contre le sénat qui, selon plus d’un, n’est pas en mesure de remplir ses fonctions constitutionnellement définies, le Président du Sénat attire l’attention du Président de la République Jovenel Moïse sur ce point en rejetant d’un revers de main les allégations qui projettent une mauvaise image de cette institution et critique sévèrement l’adresse à la nation du chef de l’État prononcée la semaine dernière: « J’ai écouté avec passion et intérêt votre dernier discours trop concis et incomplet d’ailleurs, et je suis désolé que vous ayez pris acte d’un acte que je ne vous ai pas donné. Le sénat affirme haut et fort qu’il est loin d’être incapable de jouer son rôle constitutionnel. Le sénat attend que le garant de la bonne marche des institutions que vous êtes, crée les conditions politiques, socio-économiques et surtout sécuritaires pour qu’il accomplisse son dessein avec hauteur dans cette crise qui est essentiellement extra sénatoriale. »

« Le sénat vous recommande vivement M. le Président de la République de prendre les dispositions pour entamer tout de suite et sans dilatoire le dialogue dans lequel vous avez incessamment engagé la communauté nationale et internationale depuis plus de 6 mois avec les prérequis qui s’imposent aujourd‘hui, vu le pourrissement de la crise », telle est l’exhortation de Carl Murat Cantave au Chef de l’État sur la question de dialogue. Alors que, personne ne veut dialoguer avec Jovenel Moïse, à part les personnes qui lui sont proches.

Mettant le dialogue au coeur de la partie de l’adresse réservée au président de la République, Carl Murat Cantave lance un appel à tous les élus sur leur mandat : Les acteurs doivent déposer leurs armes pour s’asseoir, discuter, négocier et s’entendre sur la direction à donner au pays pour les 25 années à venir à travers un pacte formel de cohabitation basé exclusivement sur les intérêts du pays et de la collectivité haïtienne. Aujourd’hui, n’allons pas par quatre chemins, le dialogue constitue l’unique et la seule planche de salut pour la résolution de nos maux.

« Les extrants qui en découleront contribueront à adresser au plus vite, à travers un accord sincère dont la teneur est à définir entre vous les acteurs, le conjoncturel et les problèmes de fond de ce pays qui doit être mis sur les rails du progrès, du développement, qui doit marcher vers un aura de dignité. Au cours de ce dialogue, toutes les options doivent être mises sur la table. Le personnel parlementaire, Co-dépositaire de la souveraineté nationale, consentira aussi chacun en ce qui le concerne le sacrifice nécessaire. Il devra en être ainsi pour tous ceux-là qui ont un mandat dans ce pays. Et que dire pour ceux- la qui sont détenteurs de monopoles ! »

Si l’opposition politique n’entend pas se conduire à la notion de compromission qui révèle d’une grande importance pour le Président, qui peut lui être aussi une porte de sortie, M. Cantave voit l’opposé et appelle les protagonistes à l’observer: « Prezidan Jovenel, jodi a fòk gen konpwomi, senatè yo, jodi a fòk gen konpwomi, tout sektè yo, jodi a fòk gen sakrifis. Se pou tèt sa, nou mande Prezidan Jovenel tande kri pèp la epi fòk ou tande kri pèp la. Nou mande pou mete mandaw la sou tab la, tout senatè opozisyon yo avèk majorite yo tou, yo fè pati kriz la, nou mande pou yo mete manda yo sou tab la. Kou kasasyon, kou siperyè dèkont, nou mande tout moun mete manda yo sou tab la. »

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker