Les représentants des étudiants au Conseil de l’UEH exigent la démission de Jovenel Moïse

Sur la crise qui sévit en Haïti, rester bouche bée paraît un défi. Les secteurs se soulèvent vraiment. Ils s’expriment sans langue de bois. Surtout ces derniers temps avec l’amplification des mouvements populaires. Des cris de partout se rejoignent, et les représentants des étudiants au conseil de l’Université d’État d’Haïti(UEH), se positionnant sur la crise, exigent la démission du Président de la République et le renvoi du parlement.

« Aujourd’hui, nous sommes arrivés à un carrefour où tous les indicateurs sont au rouge. L’économie est en chute libre avec un taux d’inflation qui avoisine les 20 %, la dépréciation de la monnaie nationale, la libéralisation, sans aucune préparation appropriée, du marché pétrolier, l’augmentation du banditisme dans diverses artères de la capitale et certaines villes de province substitue à tout climat de sécurité qui pourrait être incitatif à l’investissement et la création d’emplois. L’émigration massive de nos compatriotes, notamment des jeunes vers la République Dominicaine, le Brésil et le Chili témoigne combien l’avenir est sombre », ce sont, entre autres, les constats qui les ont conduit à adopter cette position dans une crise pareille.

Des constats qui ne sont pas sans causes, d’où la reproche des étudiants au Président de la République pour son implication dans plusieurs dossiers scandaleux, tout comme sa mode de gestion de l’administration publique. Alors, ils constatent que: « D’un autre côté, la corruption s’installe dans le pays comme mode de gouvernance. Le chef de l’Etat, outre son amateurisme et son incapacité à conduire le pays à bon port, est impliqué dans un scandale de corruption selon le dernier rapport de la Cour Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) sur la dilapidation des fonds « PETRO CARIBE ». Depuis plusieurs jours, nombreux sont ceux qui empruntent la voie publique pour exiger le départ du Chef de l’Etat, ce qui entraine, en autres, la paralysie des activités commerciales et scolaires. »

Ils poursuivent pour dire que : « Le Président, outre les attributions de la constitution de 1987 qui, dans son article 138, fait de lui le garant de la bonne marche des institutions, devrait être au-dessus de tout soupçon. Sur ces «entre-fait », nous, les étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti et membre du Conseil de l’Université d’Etat d’Haïti (CUEH), en tant qu’avant-gardistes de la cité, réclamons la démission inconditionnelle du Chef de l’Etat pour incompétence et moralité douteuse. La nation toute entière attend un sacrifice à la hauteur d’un Chef d’Etat digne et responsable, ayant le sens patriotique et du bien commun. »

Toutefois, les étudiants n’estiment pas que le Président de la République est le seul responsable de la situation pénible que connait le pays. « De surcroit, le parlement haïtien, Co-dépositaire de la souveraineté nationale, entre autres, qui a l’attribution de contrôler l’action gouvernementale, n’a pas lui aussi joué son rôle et est également indexé dans plusieurs scandales de corruption. Ainsi, nous exigeons la démission du Chef de l’Etat et le renvoi immédiat du parlement haïtien et nous recommandons ce qui suit :

La mise sur pied d’une transition avec le Président issu de la Cour de Cassation et le cabinet ministériel composé de personnes techniquement capables pour diriger le pays pendant trois (3) ans. Cette transition composée essentiellement de cadres honnêtes, crédibles et intègres ayant compétences dans divers domaines pour jeter les bases d’un nouveau système socio-économique et politique », ont-ils exigé et proposé en guise de palliatif immédiat à l’assaut contre le système, jugé défaillant par plus d’un.

Ne voulant pas laisser une voie vide à la transition qu’ils prônent, les représentants des étudiants donnent à la transition qu’ils proposent la mission « d’aborder les grands défis de l’heure, tels que: L’insécurité, la précarité des conditions de vie, la tenue du Procès « PETRO CARIBE », la réforme constitutionnelle et l’organisation des élections. »

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker