Réginald Boulos met Chesnel PIERRE au défit de publier la liste des bénéficiaires de l’ONA

Entre l’État haïtien et certains barons du secteur privé des affaires, l’eau ne coule pas à flot. Les deux parties semblent s’aventurer dans une guerre sans merci. D’où les sorties du leader du Mouvement Troisième Voie. En raison du fait que le nom de Réginald Boulos soit beaucoup plus cité dans l’affaire de l’ONA, comme quoi son contrat n’aurait pas respecté les normes établies, il tente de coincer le Directeur Général, Chesnel Pierre, dans un défi majeur.

En effet, depuis des mois, l’entrepreneur, nouvel intégré de la politique active du pays, Réginald Boulos, met au défi le Directeur Général de l’Office Nationale d’Assurance Vieillesse, de publier une liste exhaustive de tous les bénéficiaires des placements de l’ONA.

Sans se contenter uniquement de la publication des placements, il invite aussi le DG à faire de même pour le montant des prêts payés car, selon lui, il faut qu’il y ait de la transparence sur toute la ligne.

Se disant engagé dans une lutte dont l’aboutissement n’est autre que le renversement du système, il propose également un audit public de la Cour Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) sur l’ONA.

Toutefois le DG de l’ONA loin de répondre au défi choisit de passer à l’offensive. Dans une circulaire, il parvient à réviser les taux des prêts dans le cadre des dépenses d’investissements commerciaux excédant 50 millions de gourdes et certains placements.

Estimant que c’est un coup de maître de l’exécutif dont l’objectif est de s’en prendre à des investisseurs haïtiens à cause de leur positionnement politique, le secteur populaire haïtien condamne ce comportement qui, dit-il, est le commis des actes manifestement illégaux pour le règlement des affaires éminemment politiques, d’où l’agissement du ministre démissionnaire ne pouvant engager l’État.

À noter, des noms des proches du pouvoir sont aussi cités dans l’affaire de l’ONA, dont des sénateurs et députés en fonction proches de la présidence, idem pour l’opposition.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker