Bolivie: Evo Morales doit goûter la saveur d’un second tour

Être en bonne position ne suffit pas au président sortant de la Bolivie de retourner aux urnes pour confronter le candidat centriste qui s’attache à lui pour moins de 10 %, en terme d’écart.

En dépit du fait que Evo Morales obtienne 45,28 % et que son rival obtienne 38,16 %, la victoire ne peut encore être chantée dans le rang de l’équipe présidentielle, puisque la règle en Bolivie est très exigeante.

Pour être élu dès le premier tour, le candidat en tête de lice doit atteindre la majorité absolue, ou 40 % des voix exprimées avec 10 points d’écart par rapport à son successeur immédiat. Alors que ce cas ne se conforme pas à cette situation.

Du nom Carlos Mesa, ce journaliste de 66 ans qui a été déjà président de la Bolivie dans les années 2003-2005 se veut le croc-en-jambe qui retire le sommeil d’Evo Morales pour une période non encore déterminée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker