À Martissant, mouche ne bouge, “Ti Lapli et Bougòy” ont parlé

Martissant le couloir qui relie Port-au-Prince (Ouest) et les départements du Sud, Sud-est, Nippes et Grand’Anse se révèle une zone à haut risque . Une fois de plus Il a connu une journée d’inactivité déchirante Mouche n’a bougé, le commandant Ti Lapli a parlé.

L’adresse à la nation de l’un des Chefs de gang à Grand Ravine, Ti Lapli a fait effet. Les tentatives de son rival de Tibwa « Krisla » réputé proche du pouvoir qui lui avait lancé une mise en garde, n’ont pas porté fruits.

Ce fut la zone la plus sombre de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, à la suite d’une spectacle de cartouches donnée par les bandits occupants ce bout de terre.

À Martissant, mouche ne bouge,  “Ti Lapli et Bougòy” ont parlé

Les rafales retentissaient et créaient une panique générale. Des journalistes, frappés d’une peur bleue, ont préféré ne pas s’en approcher. En plein parcours pour informer son auditoire sur l’état de la capitale au levé du soleil, le journaliste Mackenson Rémy a expliqué qu’il était pratiquement impossible à quiconque de traverser ce couloir complètement échappé du contrôle de l’État. Salomon Sedmé de la radio Méga était contraint de rester chez lui par peur de traverser Martissant.

Une condition qui n’est pas compatible à la réouverture des classes. Alors que le Ministère de l’Éducation Nationale appelle au retour de la vie académique totalement paralysée dans l’agglomération de l’Ouest, depuis presque deux mois.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker