Les prochains jours s’annoncent dévastateurs à Washington

Le milieu politique américain est sur pied de guerre depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir en 2016. Pour avoir battu la candidate du système, Hillary Clinton. M. Trump a été accusé d’être un espion qui est arrivé au pouvoir grâce à la Russie. Une enquête a été diligentée et conduite par le Procureur Spécial Robert Mueller, mais elle n’a accouché qu’une souris. N’ayant trouvé aucune preuve contre lui, la majorité démocrate à la Chambre des Représentants mène actuellement une procédure de destitution contre le locataire de la Maison Blanche dans une affaire distincte. Parallèlement, Donald Trump contre-attaque en permettant au Ministère de la Justice d’enquêter et de mettre à nu l’un des plus gros Complots orchestrés par l’État profond à Washington contre un Président depuis l’assassinat de John Fritz Gérald Kennedy.

Extrait:

Vendredi soir a été une nuit dévastatrice pour l’Etat Profond, après que quatre rapports ont dévoilé de nombreuses actions corrompues menées par l’administration Obama.

Voici une liste détaillée des quatre rapports compilés par The Gateway Pundit, qui inquiètent énormément les malfrats de l’Etat Profond :

Le rapport FISA

Le premier événement signalé est que le rapport FISA de l’Inspecteur Général (IG) du Département de la Justice (DOJ) est sur le point d’être publié. FOX News a rapporté hier* ce qui suit –

« L’inspecteur général du ministère de la Justice, Michael E. Horowitz, a déclaré jeudi au Sénat et aux législateurs de la Chambre des représentants que le processus de finalisation de son rapport sur les abus potentiels en vertu de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (FISA) avant les élections présidentielles de 2016 était « quasi terminé », selon une lettre obtenue par Fox News.

Le « long » projet de rapport « concerne des questions sensibles de sécurité nationale et d’application de la loi », a écrit M. Horowitz dans sa lettre, ajoutant qu’il prévoyait que « le rapport final serait rendu public avec peu d’expurgations».

M. Horowitz a fait remarquer qu’il ne prévoyait pas qu’il serait nécessaire de préparer ou de publier « des versions classifiées et publiques distinctes du rapport ».

Bien sûr, cela n’a rien de nouveau pour ceux d’entre nous qui ont suivi le scandale du canular qu’est le Russiagate. Nous savions que cela allait finir par se savoir. La nouvelle du jour au lendemain, c’est que le rapport « sera rendu public avec peu d’expurgations ». Cela signifie que les négociations sur les expurgations étaient soit muettes, soit qu’elles n’avaient pas lieu.

Beaucoup d’entre nous pensaient que « l’Etat Profond avait fait le ménage », avec le rapport FISA. Peut-être que c’est le cas. Mais une autre théorie est que l’Inspecteur Général du DOJ aurait pu être retenu de publier son rapport jusqu’à un moment où il n’entraverait pas l’enquête du procureur général Barr par son procureur John Durham sur les actions de l’Etat Profond avant et après les élections de 2016. Si l’Inspecteur Général Horowitz avait publié son document avant que tous les acteurs de l’enquête de Durham n’aient été interrogés, ils auraient peut-être modifié leurs témoignages sur la base du rapport d’Horowitz.

Le procureur général Barr et John Durham enquêtent sur les crimes de l’Etat Profond

Hier soir, nous avons également appris que l’enquête du Département de la justice du procureur général Barr sur les actions des acteurs de l’Etat Profond avant et après l’élection de 2016 est devenue une enquête criminelle. Le New York Times d’extrême gauche a publié l’article.

Pendant plus de deux ans, le président Trump a attaqué à plusieurs reprises l’enquête sur la Russie, la décrivant comme un canular et illégale même des mois après que le conseil spécial l’a fermée. Le Département de la Justice de M. Trump a ouvert une enquête criminelle sur la façon dont tout a commencé.

Les fonctionnaires du Département de la Justice ont transféré un examen administratif de l’enquête sur la Russie, étroitement supervisé par le procureur général William P. Barr, à une enquête criminelle, selon deux personnes qui connaissent bien la question. Cette mesure donne au procureur qui la dirige, John H. Durham, le pouvoir d’assigner des témoins à comparaître, de convoquer un grand jury et de déposer des accusations criminelles.

Au cours des dernières années en particulier, le New York Times a été utilisé par les malfrats de l’Etat Profond au sein de l’administration Obama pour faire la promotion de récits qui ont causé du tort au président Trump. Ce n’était pas vraiment une exception puisque le paragraphe suivant de l’article du Times affirme que l’enquête criminelle a lieu parce que « M. Trump utilise le Département de Justice pour poursuivre ses ennemis ». Bien sûr, le Times est incapable de qualifier Donald Trump de président.

Ce que cet article nous dit, c’est qu’il y a plusieurs choses. Premièrement, certaines personnes dans l’État profond (c.-à-d. deux personnes au courant de l’affaire) veulent probablement faire savoir à leurs cohortes que Durham mène actuellement une enquête criminelle. C’est peut-être pour leur donner le temps de se préparer à leur mise en accusation imminente. Ce que le Times ne nous dit pas, c’est depuis combien de temps Durham mène une enquête criminelle.

Si Durham mène une enquête criminelle depuis un certain temps, il y a peut-être déjà des mises en accusation en cours. On ne sait vraiment pas. Cela pourrait aussi indiquer que l’IG Horowitz peut maintenant publier son rapport parce que Durham a rencontré toutes les personnes qu’il doit rencontrer pour commencer les mises en accusation pour activité criminelle.

Le dossier de Sidney Powell concernant l’affaire du général Flynn

Nous avons également appris tard hier soir que Sidney Powell est au courant de nombreux documents et actions de l’Etat Profond d’Obama qui ont été cachés au général Flynn et qui sont accablants pour le gouvernement. C’est tellement accablant qu’elle demande au tribunal de classer l’affaire contre le général Flynn.

Ce que nous avons appris, c’est que Lisa Page, ancienne avocate de l’Etat Profond et du FBI, a modifié le document 302 d’une manière qui impliquait le général Flynn pour avoir menti au FBI. Elle a ensuite menti sur le montage. Page était bien sûr la maîtresse de l’agent du FBI le plus corrompu de l’histoire, Peter Strzok.

Nous avons également appris par l’avocat du général Flynn, M. Powell, que l’ancien directeur du renseignement national de M. Obama, M. James Clapper, a participé à l’appel téléphonique du général Flynn avec un diplomate russe avant l’investiture de 2017.

Ces deux bombes liées à Page et Clapper ont été larguées ce soir. Il est probable qu’elles ont été abandonnées parce qu’il ne s’agit plus de renseignements qui peuvent avoir une incidence sur l’enquête criminelle de Durham, ce qui indique que Clapper a peut-être déjà été interrogé. D’un autre côté, peut-être que l’information sur Clapper et Page est déjà ‘verrouillée et chargée’ et qu’il n’y a aucun mal à ce que cette information soit maintenant diffusée.

Nous pourrions découvrir que les retards et les expurgations récents du DOJ en ce qui concerne le cas de Flynn et le rapport FISA de l’IG ont peut-être eu pour but d’empêcher que l’enquête de Durham ne déraille plutôt que les expurgations et les retards habituels de l’Etat Profond auxquels nous avons été habitués dans un passé récent. Le temps nous le dira.

Rapports récents concernant les scandales de paiement du vice-président Obama, M. Biden

Nous avons également appris hier soir que Joe Biden, alors qu’il était vice-président d’Obama, a pris part à des actions qui lui ont valu, à lui et à son fils Hunter, des paiements. Ces paiements vont au-delà de l’Ukraine et de la Chine. L’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, avait déjà affirmé que M. Biden était soupçonné d’un scandale de paiement en Roumanie. NBC News d’hier soir a publié cet article –

«Au cours de la dernière année de l’administration Obama, un avocat américain s’est rendu en Roumanie pour rencontrer un homme d’affaires accusé d’avoir orchestré un marché foncier corrompu.

L’homme d’affaires était Gabriel « Puiu » Popoviciu, un riche magnat roumain de l’immobilier. L’avocat qui l’a conseillé était Hunter Biden, le fils du vice-président Joe Biden, selon deux personnes au courant de l’affaire.

Le travail de Hunter Biden pour Popoviciu en 2016 n’a pas été rapporté à l’époque, mais l’implication de Joe Biden en Roumanie était très publique. Le vice-président faisait partie des principaux intervenants qui ont poussé le gouvernement à sévir contre la corruption»

Si cela ressemble aux actions des Biden en Ukraine et en Chine, c’est suspect et probablement criminel. Rudy Giuliani a prétendu qu’Obama, le « pol » de Chicago, avait joué la carte du « pay-for-play » tout au long de son mandat. Rudy a dit que son vice-président gagnait des millions et sa secrétaire d’État Hillary des centaines de millions. Rudy l’a exprimé peu de temps après les déclarations de Joe Di Genova sur Ocasio-Cortez, le représentant de New York, et le parti démocrate sur l’angle Ingraham il y a deux semaines.

La plus grande question qui demeure sans réponse est la suivante : pourquoi les démocrates et leur État Profond travailleraient-ils si dur pour empêcher le candidat Trump de devenir président et tenter ensuite de mettre fin prématurément à sa présidence ? Pourquoi auraient-ils mis en place un faux conseiller spécial russe et se seraient ensuite transformés en une fausse destitution de l’Ukraine, toutes deux bidon ?

Il se peut qu’ils ne voulaient pas qu’on sache à quel point ils étaient corrompus. Il se peut que la somme d’argent que l’administration Obama a gagnée dans le cadre de systèmes de paiement à l’acte dans le monde entier choque l’Américain moyen. C’est pour ça qu’on entend constamment : « Suivez l’argent » ?

Sortez le pop-corn. Ça va être dévastateur! »

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker