Plus d’une cinquantaine de femmes séquestrées et violées à Cabaret en une semaine

Dans ce gouffre extrêmement grave que plonge le pays, des gens en profitent pour imposer leur loi, défiant l’autorité des autorités. La faiblesse des agents de la Police Nationale d’Haïti devant une meilleure gestion de la situation laisse incontrôlées des zones dans lesquelles des bandits armés sont maîtres et seigneurs. Cabaret n’y est pas exclu. Des citoyens s’expriment sur une situation nauséabonde qui est implantée dans ce coin de terre.

Depuis le début des deux mois de l’aggravation de cette crise par la paralysie de plusieurs axes importants du pays, la situation d’insécurité prend une ampleur inattendue. À Cabaret, des malfrats se sont cachés sur la route nationale # 1, attendant l’arrivée des usagers pour les violer. Cette situation critiquée par plusieurs personnalités et journalistes n’est encore contrôlée par les autorités concernées. Les femmes continuent à être capturées, séquestrées puis violées.

D’après un témoin, les malfrats auraient séquestré plus d’une cinquantaine de femmes pour une semaine. Chaque jour, ils s’amusent à entrer en relation sexuelle avec elles en dehors de leur volonté. Parmi les victimes, se trouve une femme enceinte. Elle est aussi victime de viol. Des parents assistent les malfrats violer leurs filles larmes aux yeux.

Poursuivant, le demeurant à Cabaret informe que certaines femmes refusent de dire la vérité à leur mari de peur que ces derniers ne les quittent. Elle sont sans recours, livrées à elles-mêmes, ne savant à qui crier. Toutefois, leur appel consiste à demander aux autorités de se charger de cette situation qui empêche aux gens de fréquenter cette zone non-loin de la capitale.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker