Opinion: En Haïti, que vaut la mort d’un manifestant? par Witzer Mésadieu

Ce n’est un secret pour personne que la mort d’un simple manifestant n’affecte pas les plus hautes autorités du pays. Il suffit de suivre leurs regards pour vous en faire une idée. D’ailleurs, Il est plus facile de déplorer avec minutie les pertes matérielles enregistrées, en premier lieu, que celles en vies humaines.
 
À bien remarquer, il y a une certaine velléité du côté des autorités à prendre le contre-pied du rapport accablant d’Amnisty International sur des dizaines de morts par balles dans les manifestations. Alors que, jusqu’à date, aucune note officielle du gouvernement démissionnaire, n’a été publiée pour sympathiser avec leurs familles.
 
La mort d’un manifestant est devenue une simple banalité aux yeux de certaines catégories sociales. C’est pratiquement la mort d’un « individu indigne » qui n’avait pas sans doute aucun titre ni statut social.
 
Il se pourrait bien que son nom n’ait pas été dûment enregistré dans les archives nationales. Ce qui est une violation au droit à l’identité.
 
Or, dès la naissance, chaque personne a le droit d’avoir une identité. L’identité d’une personne est l’affirmation de son existence au sein d’une société.
 
Le seul péché qu’a commis un manifestant assassiné c’est d’avoir gagné les rues contre la corruption et les inégalités sociales, c’est d’avoir surtout osé demander un nouveau système politique susceptible de répondre à ses aspirations légitimes.
 
Alors que le droit de manifester est protégé par la constitution haïtienne et les conventions internationales. Il y est inscrit notamment dans les articles 21 et 22 de la Convention Internationale des droits civils et politiques et sa mise en œuvre est contrôlé par le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de réunion pacifique et d’association.
 
Autant que dure ce système politique basé sur la corruption et les inégalités sociales, la mort d’un manifestant n’aura, en effet, aucune importance aux yeux des plus hautes autorités et de certaines catégories sociales du pays.  
 
Witzer MESADIEU, Citoyen haïtien.

Port-au-Prince, 19 Novembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker