Odette Roy Fombrun accuse les sénateurs de l’opposition de tout détruire

Opinant sur la crise qui sévit en Haïti depuis plus d’un an, aggravée ces derniers jours, Madame Odette Roy Fombrun accuse les quatre sénateurs de l’opposition d’être les grands responsables de la destruction du pays.

Dans un petit texte publié récemment, la centenaire s’est positionnée sur la crise. Elle en a profité pour aborder la question des gangs armés. Les GANGS ARMÉS, le problème majeur à résoudre. Depuis les 6,7 juillet, 4 sénateurs DETRUISENT et donnent à la rue le ton de la destruction. Payés par qui? Au bénéfice de qui? Devant les caméras, ils ont saccagé les Chambres législatives, a dénoncé l’écrivaine et intellectuelle haïtienne.

La position et le comportement des sénateurs par rapport au président de la République n’ont pas pl​u à la native de Port-au-Prince. Elle pense que ces parlementaires membres de l’opposition « renforcent la campagne pour le départ du Président. » Elle continue pour expliquer la stratégie de ces derniers qui « multiplient les manifestations ayant des effets désastreux : la fermeture des écoles, la destruction de l’économie, l’augmentation de la MISÈRE. »

La diplômée de la prestigieuse École Normale d’Institutrices (1935) regrette que les retombées des manoeuvres de l’opposition soient « préjudiciables » au mandat du président et au bon fonctionnement de la société toute entière. Elle avance : « Au lieu de demander d’arrêter cette œuvre de destruction et d’obscurantisme empêchant les élèves et étudiants d’aller à l’école, et les services de secours de fonctionner, des partis de l’opposition et du secteur privé s’en prennent uniquement au Président de la République Jovenel Moïse comme seul responsable de cette faillite nationale. »

L’érection des barricades n’échappe pas à l’analyse de madame Odette Roy Fombrun, comme c’est le cas de presque tous les leaders d’opinion. « En fait, les barricades sont un moyen d’arrêter les activités certes, mais surtout de rançonner une population aux abois. Actuellement, de grandes barricades divisent le pays en zones gérées par des gangs, sans échanges ni communication. Monseigneur Beauvoir supplie d’ouvrir des couloirs humanitaires pour laisser passer l’aide disponible, de même que le COSPE et bien d’autres groupes soucieux d’éducation plaident la cause des étudiants, écoliers et professeurs. » a signalé Madame Fombrun en guise d’expression d’un sentiment de répulsion contre ce que connaît le pays ces jours-ci.

Il faut arrêter cette destruction. Pour clore son texte, elle a passé des recommandations à Jovenel Moïse pour pouvoir aborder avec sérieux et efficacité le problème des gangs armés qui occupent plusieurs quartiers sur tout le territoire national. « Le président a pour devoir de demander aux PAYS AMIS de lui porter assistance dans la formation de nos MILITAIRES pour résoudre effectivement et définitivement le problème des GANGS. » a soutenu Madame Fombrun.

Pour certains observateurs, les critiques de la centenaire sont non fondées, biaisées et partisanes car elles ne tiennent pas compte des dérives du pouvoir. Accuser les sénateurs de l’opposition de tout détruire tout en omettant les massacres de Lassaline, Carrefour-Feuille et Bel-Air, les multiples assassinats orchestrés par le pouvoir et les dilapidations des ressources publiques relève de l’absurde.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker