Affaire Sogener: la décision du président Jovenel Moïse ne fait pas l’unanimité

Vendredi 22 novembre, une décision du Commissaire du Gouvernement de Port-au-prince a privé la compagnie Sogener des sites de Varreux. Cette action est posée après que la Sogener ait boudé une invitation au tribunal ce Jeudi 21 Novembre 2019.

Toute suite après, les gens commencent à réagir sur l’affaire. Si pour certains, la décision se révèle bonne et mérite d’être applaudie, pour d’autres, Jovenel Moise s’érige en « Tonton Makout » (expression pour décrire un dictateur en Haïti) et décide hors des prescriptions légales.

À cette publication du vice-président de la Sogener, Dimitri Vorbe très actif sur les réseaux sociaux, : « Lavi a se tankou yon boul kap vire, jodi a ou anlè, demen wap anba. Fè bagay pou w toujou gen rezon, sitou lè w anlè. Pou lè w anba pou toujou alèz », les commentaires sont vraiment fragmentés. Pour Metéllus Elès, la défaite du droit est provisoire, « J’ai lu l’argumentaire de vos avocats contre la convocation illégale du Commissaire du Gouvernement à l’intérim, je crois que vous êtes entre de bonnes mains. », a-t-il déclaré à M. Vorbe.

Don Sheeshee le Prince s’est exprimé. En quelques mots, il s’est prononcé contre Dimitri Vorbe et sa compagnie : « Yo ap mare w kanmenm baz. Nenpòt soutyen ou ta jwenn. Chat mimi mya w! Lage pye w paske peyi a pa konnen w ». Sur la même lancée, Ferdinand Mickaella a exhalé un conseil au vice-président de la Sogener : « Piga w kite kòlè w fèw al finanse ti gwoup gang pou gran mesi avèk rès kòb la tande papa. Voye enpe pou mwen sou mon cash. Epi rès la, derasinen w bay ti bout tè Dessalines lan blanch ».

Les indécis se questionnent toujours sur le bien-fondé de la décision, pendant que l’avocat de la partie défenderesse, Danton Léger se débrouille pour retirer son client de ce pétrin. Réagissant sur l’intervention du Commissaire du Gouvernement, l’ancien député de Léogâne qualifie l’acte d’expropriation pure et simple. « Le juge qui a rendu l’ordonnance et le commissaire qui a donné l’éxequatur, sont en train de faire le jeu du Président de la République « , a-t-il signalé.

Professeur d’université, Me Gerby Blaise qui suit de près le dossier a lâché son impression. Il demande à ce que le procès du système initié par le président respecte le principe d’équité, tout en permettant au droit d’évoluer. « Si la résolution ordonne le transfèrement des centrales électriques à l’EDH et la suspension des paiements à la Sogener, elle constitue une résiliation unilatérale au regard de la force obligatoire du contrat, et aurait dû être attaquée dès le début pour être illégale devant la Cour des comptes. »

Ce feuilleton perçu, pour nombreux, comme une manoeuvre politique orchestrée par le président pour attaquer toutes les personnes qui ne sont du même camp que lui, et du même coup une vraie stratégie pour combattre le système, selon d’autres observateurs, est loin d’atteindre sa fin. Certains pensent également c’est une stratégie pour calmer la pression populaire. Malgré les discours de désolation du vice-président de la Sogener, la partie défenderesse pense posséder encore des recours.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker