Ambassade d’Haïti aux Bahamas, vaste scandale de corruption, le diplomate Adras Andris impliqué

Le fameux scandale de mariage frauduleux ayant secoué l’ambassade d’Haïti aux Bahamas a, finalement été traité par la justice de ce pays. Les contrevenants ont écopé des peines d’emprisonnement avec sursis. Le diplomate haïtien qui a été accusé dans ce dossier est finalement connu  » Adras Andris fils de l’ex sénateur Riché Andris ».

La justice aux Bahamas a finalement levé le voile sur l’un des scandales ayant secoué la diplomatie haïtienne au cours du mois d’août 2019. Adras Andris est bel et bien le diplomate qui aurait fournit de faux documents à des Haïtiens voulant contracter des mariages frauduleux aux Bahamas, selon un article publié par Artesia Devis, reporter du journal « The Nassau Guardian ».

Adras Andris a été dénoncé à la police par Bradley Smith qui lui servait d’intermédiaire suite à son arrestation sur le parking de l’immigration. En cette occasion, plusieurs documents dont des actes de mariage ont été saisis par la police.

Le Procureur a relaté que l’affaire s’est déclenchée après le constat des agents de l’immigration ayant décelé, le 11 juillet 2019, des irrégularités graves dans les documents fournis par les nommés Willy Exama et Anslène Nicolas pour l’obtention du permis de séjour à titre de résidents. Ce, faisant suite à leur mariage respectif avec Bridney Johnson et Bernard Musgrove.

Bridney Johnson et Willy Exama ont plaidé coupable pour les faits incriminés, lors de leur comparution par devant le Magistrat Subusola Swain, le 20 novembre dernier. Le tribunal les a condamné chacun à une peine d’un an d’emprisonnement ou de verser 4 500 dollars.

Après avoir plaidé coupable, Smith a été condamné à payer une amende de 6 000 dollars. Le même tribunal a, en outre, condamné Musgrove et Nicolas à verser une amende de 4 200 dollars ou de trois mois d’emprisonnement. Le Magistrat a souligné qu’aucun responsable de l’ambassade n’est venu s’enquérir du sort d’Exama depuis plus de 4 mois d’incarcération.

Rappelons que ce scandale a sonné le glas au niveau de la chancellerie haïtienne. Une commission ad hoc a été dépêchée par le Ministre Edmond Bocchit , a révélé que des actes répréhensibles ont été commis. À la suite, 6 diplomates ont été rappelés ou transférés sans toutefois apporter de précisions.

Cependant dans un texte publié depuis Nassau Bahamas, le 28 juillet 2019, le responsable de la section consulaire à l’ambassade Herns Mésamours ne voulait pas trop commenter la décision du ministère des affaires étrangères dans l’idée disait-il, de laisser à justice de faire son boulot. il avait toutefois déclaré qu’il n’est impliqué de près ou de loin dans ce dossier.

**À mes alliés, amis, camarades de lutte, je veux vous assurer que vous n’avez pas à vous inquiéter. Je ne suis concerné ni de près ni de loin par aucun scandale au niveau de l’Ambassade de la République d’Haïti aux Bahamas.

Justement par respect pour l’institution (MAEC) que je représente au niveau de la juridiction, donc, je ne ferai aucune déclaration dans la presse ni aucun commentaire sur les réseaux sociaux. Seulement, je brandirai les résultats parlants que je fournis avec le plein support des autres employés de la Mission depuis les 9 mois que je suis à la tête de la section consulaire de l’Ambassade d’Haïti aux Bahamas.

Patriotiquement,

Herns MESAMOURS
Conseiller & Responsable de la Section Consulaire à l’Ambassade de la République d’Haïti aux Bahamas** a-t-il publié en juillet dernier.

Sur les ondes des médias de la capitale haïtienne, Adras Andris a sa version des faits arguant qu’il n’est impliqué dans aucun acte frauduleux. Mais aujourd’hui, il est pointé du doigt par la justice bahaméenne d’avoir joué un rôle prépondérant dans ce vaste trafic de documents.

Un des diplomates rappelés voulant garder l’anonymat, a été contacté par la rédaction de TripFoumi Enfo a expliqué que le dossier était beaucoup plus politique que diplomatique. Car dit-il, le ministre des affaires étrangères Edmond Bocchit était bel et bien au courant que son ami frère Adras Andris a été impliqué jusqu’au cou dans cette affaire mais pour protéger son ami frère, avait choisi d’humilier d’autres diplomates honnêtes et crédibles. Il dénonce également la passivité ou l’absence totale de l’État haïtien dans ce dossier qui n’a pas pu défendre ses compatriotes face à la justice bahaméenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker