Martine Moïse et Sheriff Abdallah, propriétaires d’une compagnie d’électricité

Une compagnie d’électricité nouvellement créée par Martine Moïse et Sheriff Abdallah selon Antonio Cheramy. Accusée d’avoir supporté les différents mouvements de protestation réclamant la démission du chef de l’État, Jovenel Moïse, depuis la société générale de l’Énergie ( SOGENER) fait l’objet pour certains d’une vaste persécution politique.

En effet, le sénateur de l’Ouest Antonio Cheramy, dans une entrevue accordée à radio Zénith FM, a donné les raisons pour lesquelles l’État attaque cette compagnie. A cet effet, « le président de la République en personne avait appelé Dimitri Vorbe pour lui demander de me faire taire. Une demande qu’il a refusée », a affirmé le sénateur Cheramy. C’est le point de départ de ce conflit.

Ensuite, le sénateur a révélé que la première dame Martine Moïse et Sheriff Abdallah possèdent une compagnie d’électricité. Selon « Don Kato », c’est la raison principale qui mène à la résiliation du contrat signé entre la SOGENER et l’État haïtien, afin de faciliter la tâche à la compagnie “nouvellement créée” de Martine et Shériff. “Si vous voulez le contrat prenez le, mais ne cherchez pas de midi à quatorze heures pour bafouer la population haïtienne « , a déclaré le parlementaire.

Parallèlement, l’élu de l’Ouest souhaite que les avocats de cette société aillent par devant la justice pour que la lumière soit faite sur ce dossier. » Je suis pour que ce dossier plaide au tribunal, ce que le dauphin de Joseph Michel Martelly ne souhaite pas », a vociféré le sénateur.

Par ailleurs, il a dénoncé les avocats du gouvernement notamment Me Newton Saint Juste qui a déclaré que les cabinets en question peuvent mettre en otage le central de varreux 3 comme garantie afin de percevoir leur honoraire. » Cela prouve la volonté manifeste de Jovenel Moïse pour fermer cette compagnie », tonne senateur Cheramy.

A rappeler, le contrat en question a été signé sous l’administration de René Préval en 2006, dont le couple Elisabeth Préval percevait 900, 000 dollars américains, selon Newton Saint Juste l’un des avocats de l’État haïtien dans cette affaire.

Lire aussi:

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker