Trump s’apprête à désigner les cartels de drogue mexicains comme terroristes

Le président Trump a déclaré que les États-Unis envisageraient de désigner les cartels de la drogue mexicains comme des organisations terroristes étrangères, ce qui permettrait d’élargir la portée potentielle de l’action des États-Unis grâce à une législation plus sévère et à des sanctions plus sévères.

Dans un entretien avec le commentateur Bill O’Reilly, M. Trump a déclaré mardi que les cartels mexicains étaient responsables de la mort de nombreux Américains causée chaque année par la toxicomanie aux drogues qui passaient à la frontière. M. Trump n’a pas précisé quels cartels seraient visés par la mesure.

« Ils seront désignés », a déclaré M. Trump au cours de l’entretien, sans donner plus de détails. «J’y travaille depuis 90 jours. Vous savez, la désignation n’est pas si facile. Vous devez suivre un processus et nous sommes bien engagés dans ce processus », explique t-il.

La déclaration de M. Trump intervient après une récente flambée de violence liée aux puissants cartels de la drogue au Mexique.

En octobre, des centaines d’hommes armés du cartel de Sinaloa ont maîtrisé les forces de sécurité mexicaines et terrorisé pendant plusieurs heures la ville de Culiacán, capitale de l’État de Sinaloa, dans le but ultime de libérer un chef de cartel capturé, fils du trafiquant de drogue Joaquín “El Chapo” Guzmán.

Les analystes mexicains et américains, ainsi que des responsables américains, estiment que les événements survenus à Culiacán mettent en évidence l’incapacité plus large du Mexique de proposer une stratégie viable pour faire face aux puissants gangs du pays.

Parallèlement, Le président Andrés Manuel López Obrador a clairement indiqué que son gouvernement ne prévoyait pas de s’attaquer aux cartels, préférant s’attaquer à l’inégalité et à la pauvreté au Mexique, qui, selon lui, nourrissent la violence. Il a qualifié sa nouvelle politique d’abrazos, pas de balazos, ou de câlins, pas de balles.

Lors d’une conférence de presse tenue lundi, M. López Obrador a réitéré l’opposition du Mexique à toute intrusion étrangère contre le crime organisé. « Nous n’acceptons pas cela », a-t-il déclaré. «Nos problèmes seront résolus par les Mexicains. Nous ne voulons aucune ingérence d’aucun pays étranger », prévient-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker