Un «Ti Jès Eko» pour sauver l’écologie

Dégradation de l’environnement et rechauffement climatique, des problèmes mondiaux. Selon plus d’un, si on n’agit pas aujourd’hui, il risque d’être trop tard. À Cité Soleil, Grand Rue, les Avenue Bolosse ou à Martissant, le danger que nous courons est flagrant. Pour le contourner, chaque petit geste compte, et «Ti Jès Eko» donne le ton.

Sensibiliser et conscientiser les citoyens pour devenir éco-responsables est la mission de «Ti Jès Eko». Pour se faire, la méthode adoptée est d’utiliser les réseaux sociaux pour faire la promotion des comportements éco-responsables et vulgariser des «Ekojès» bien simples. Facebook et des forums WhatsApp sont actuellement les canaux qu’utilise «Ti Jès Eko». Mais il ne se satisfait pas d’être présent seulement sur les réseaux sociaux. Pour cela, il compte organiser des formations aux églises, aux écoles et avec les organisations locales, nous confie Ritzamarum Zétrenne, coordonateur général de ce mouvement. Des journées de nettoyage, des séminaires sur le récyclage des déchets et comment faire des composts sont aussi prévus. «Et nous voulons aussi former 10 «agents verts» par département pour élargir notre travail», ajoute le coordonateur de ce mouvement bénévolat.

Lancé en juillet 2019, ce mouvement continue de faire cavalier seul. Aucun support que ce soit du côté de l’Etat, des organisations locales et/ou internationales ou d’autres entités publiques et/ou privées. Pourtant, il en a grandement besoin pour organiser des formations et rencontrer les «ekositwayen.èn» éparpillés partout dans le pays. Pour cela, le coordonateur lance un vibrant appel à tous les secteurs du pays pour les inviter à faire la route avec «Ti Jès Eko». Ils peuvent, en ce sens, le contacter à [email protected] ou au +5093778-1418 pour un partenariat.

Ils sont nombreux à œuvrer dans le domaine de l’environnement, chacun à leur manière. «Ti Jès Eko», de son côté, semble croire que chaque citoyen, au jour le jour, peut faire au moins un geste (ekojès) pour sauver l’environnement. Si on veut vraiment y apporter une solution, il faut donc commencer par changer le comportement des citoyens en les mettant sur la bonne voie. Et le résultat s’en suivra.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker