En pleine crise, un nouveau président prête serment en Argentine

En dépit de la crise qui secoue Buenos Aires, l’homme fort de la coalition «Front pour Tous» a investi son palais, ce mardi 10 décembre 2019, lors d’une cérémonie au congrès national. En effet Alberto Fernandez a prêté serment en tant que nouveau président de l’Argentine.

Succédant à Mauricio Macri, il a profité de son premier discours présidentiel pour appeler les Argentins à l’unité, afin de redresser la troisième économie de l’Amérique latine face à une crise très aiguë. gée de 60 ans, sa vision, dit-il, est de répondre aux besoins des moins privilégiés.

«Je suis venu vous appeler, sans distinction, à remettre l’Argentine sur pied, pour qu’elle puisse commencer à marcher, pas à pas, avec dignité, sur la voie du développement dans la justice sociale», a déclaré M. Fernandez.
Dans cette allocution, le nouveau président, a soutenu que sans pain, il n’y a ni démocratie ni liberté.

Par ailleurs, malgré un prêt de 60 milliards de dollars souscrit auprès du Fonds monétaire international (FMI), l’Argentine devrait terminer cette année avec une contraction de plus de 3% de son produit intérieur brut (PIB), selon FMI. Pour rappel, c’est le plus important des prêts accordés par le Fonds Monétaire international. Afin de permettre le redressement économique, selon lui, son gouvernement va travailler du bec et des ongles pour renégocier les termes de ce prêt.

Le nouveau gouvernement s’efforcera d’alléger le fardeau de la dette et de reprendre le développement d’une économie productive qui permettra au pays d’exporter et de créer la capacité de payer, a ajouté Alberto Fernandez.

In fine, depuis cette année, soit entre janvier et octobre, le taux de chômage s’élève à 10.6%, celui de la pauvreté à 35,4% et l’inflation autour de 42,2%.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker