Le Président Jovenel Moïse favorable à l’adoption d’une nouvelle constitution

Lors d’une entrevue accordée à l’agence espagnole EFE, le Président Jovenel Moïse s’est montré favorable à une nouvelle Constitution en Haïti. Il estime que celle en vigueur ne contribue nullement au progrès, mais plutôt sert à alimenter les crises et l’instabilité chronique du pays.

La Constitution haïtienne de 1987 n’a cessé de faire des vagues et des victimes. La dernière en date est le Président de la République Jovenel Moïse qui, au cours d’une interview à l’agence de presse espagnole EFE, se prononce en faveur d’une nouvelle constitution.

«C’est sûr. J’ai fait campagne pour amender la constitution de 1987. J’ai passé 22 mois à en parler. Et pourtant, je ne parle plus aujourd’hui d’un amendement. Je parle d’une révision constitutionnelle, parce que le pays est ingouvernable avec cette constitution», a-t’il répondu.

Plusieurs anciens locataires du Palais National se plaignent des difficultés et restrictions auxquelles ils font face dans l’accomplissement de leur mandat. René Garcia Préval n’a pas manqué de tirer la sonnette d’alarme. » La constitution de 1987 est une source d’instabilité », a-t-il martelé.

Le Président de la République se sent inconfortable et estime que cette constitution joue défavorablement au progrès du pays. «Ce sont les 2 ans et 10 mois à la tête du pays qui me permettent de dire que nous devons changer cette Constitution. Dans les faits, c’est une constitution qui empêche l’émancipation et le développement du pays…».

L’article 136 de la constitution haïtienne fait du Président le garant de la bonne marche des institutions. Et pourtant, plus de 80% du pouvoir de décision contraignante est attribué au parlement haïtien et au Premier ministre qui, lui-même, est l’émanation de ce dernier.

À ce propos, le Président a tiré ses conclusions. «Je dois vous dire qu’Haïti est fatiguée de cette Constitution. Non seulement la Constitution est une source de crise politique pour le pays, mais elle est également incompatible avec notre culture. Le peuple haïtien est un peuple présidentiel. Tout ce qui ne fonctionne pas est imputé au Président. Tous les problèmes du pays sont du fait du Président, pourtant, la Constitution accorde des pouvoirs extrêmement limités au Président de la République.», a-t-il poursuivi.

Plus d’un estiment que les élites du pays doivent repenser la gouvernance du pays. En effet, plus de 30 ans après l’adoption de la constitution de 1987, la vie dans la cité n’est pas régulé d’une manière à enmener le pays sur la voie du progrès. Il est tout aussi regrettable de constater que l’énorme pouvoir que la Constitution confère au parlement sur l’exécutif a montré ses effets combien néfastes. Si bien que ce pouvoir est utilisé pour soutirer uniquement de l’argent au détriment des plus pauvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker