Dimitri Vorbe exilé, passe de mauvaises fêtes de fin d’année

L’un des patrons du secteur privé des affaires se trouve dans une situation de détresse parce qu’il ne peut pas fouler le sol haïtien. Le vice-président de la compagnie privée SOGENER, Dimitri Vorbe, a lui-même déclaré sur son compte Twitter qu’il est actuellement en exil et se sent bourré de chagrin par le fait qu’il ne peut pas passer les fêtes de fin d’année aux côtés des gens qui lui sont chers.

Depuis, il y a plus de deux mois, une danse au son d’une musique singulière joue en la faveur du Président de la République qui a fini par tout disposer pour couper un contrat léonin entre la Sogener et l’État haïtien. Plus loin, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, arrive jusqu’à émettre des mandats d’amener contre les nommés qui sont grands décideurs dans cette compagnie d’énergie. Ne s’étant pas comparu au parquet de Port-au-Prince, Dimitri Vorbe est maintenant en exil, selon ce qu’il a écrit, et dénonce du fait qu’il est contraint à ne pas célébrer ces moments de joie.

Lundi dernier, l’homme d’affaires a fait savoir qu’il est prêt à rester là où il est jusqu’à la fin du quinquennat de Jovenel Moïse, si et seulement si cela aidera le président à électrifier le pays tout entier 24/24, et rejette parallèlement toute excuse pouvant défendre le chef de l’État. « Jodi a ou se Wa, ou ranplase lajistis, ou se sèl kòk chante. Degaje w frè m, mwen pap kontrarye w. Mwen poze. », a-t-il tweeté.

Plus tard, il a énuméré trois raisons fondamentales de son chagrin. La première, c’est qu’il est loin de sa mère. Il est en incapacité de lui venir en aide, car aujourd’hui est le plus rude de ses jours de travail. La deuxième, c’est du fait qu’il n’arrive pas à fournir des cadeaux à plus de 800 enfants. Une habitude qui prend fin, à cause de son absence.

Par ailleurs, Dimitri Vorbe s’éloigne de la volonté de souhaiter « Joyeux Noël » aux Haïtiens. Selon lui, le peuple haïtien n’est pas joyeux. Il en profite pour les souhaiter, de préférence, « Courage et Force », tout en les invitant à s’unir pour retirer le pays de ce marasme.

Un moment amer pour ce monsieur qui ne sait toujours quand est-ce que le mandat d’amener sera tombé. Quoique ses avocats jugent illégal le mandat émis par le Commissaire du Gouvernement, arguant que cela n’est pas de ses prérogatives qu’en cas de flagrance, il est toujours maintenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker