Rockfeller Vincent à la tête de l’ULCC: sitôt nommé, sitôt contesté

Rockfeller Vincent est l’ancien commissaire du gouvernement de la juridiction du Cap-Haïtien. Ce mercredi 22 janvier 2020, il devient le nouveau directeur général de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC). Nommé par arrêté présidentiel, il remplace à ce poste l’ancien commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Claudy Gassant. Peu de temps après sa nomination, M. Vincent fait déjà l’objet de contestation. Pour cause, son implication présumée dans des actions louches au Cap-Haïtien, il y a 14 ans.

Étant commissaire du gouvernement du Cap-Haïtien, Me Rockfeller Vincent avait été dénoncé par plusieurs organisations de défense des droits humains, dont RNDDH, pour avoir ordonné la libération de certaines personnes impliquées dans des actes de kidnapping. Peu de temps après, il allait être nommé le représentant de la juridiction du Cap-Haïtien au sein du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Ce qui avait poussé le directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance, à monter au créneau pour protester contre la présence de Me Vincent au sein du CSPJ, accusé de corruption.

Dans un article publié par Le Nouvelliste le 10 avril 2006, M. Espérance a fait savoir que «la justice devrait d’abord enquêter sur les accusations portées contre Me Vincent» avant son installation au CSPJ.

Me Georges Moïse, président a.i. du CSPJ à l’époque, avait promis qu’une enquête allait être diligentée sur les accusations portées contre lui. Me Vincent avait ensuite été révoqué du poste de substitut du commissaire du gouvernement près de la Cour d’Appel du Cap-Haïtien pour devenir chef à la Cour d’Appel de Port-au-Prince.

Le voilà maintenant directeur de l’Unité de Lutte Contre la Corruption, lui qui avait, et qui a encore, des accusations graves de corruption retenues contre lui. Comment quelqu’un accusé de corruption peut-il lutter contre la corruption? A-t-il vraiment pour mission de lutter contre la corruption ou vient-il faire le sal boulot de ses maîtres? Qui, alors, pourra enquêter sur le passé du nouveau DG de l’ULCC? Des questions qui méritent des réponses appropriées. Mais, qui donnera ces réponses? On attend encore .

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker