Si vous voulez qu’ils agissent, il faut leur cintrer les «couilles»

Les problèmes d’Haïti sont nombreux. Très souvent, les haïtiens s’en foutent de tout. Mais certaines fois, ils se mobilisent pour dire non aux injustices sociales. L’État, le principal responsable du bien-être des citoyens, s’en moque. Pour qu’il agisse, il faut leur serrer les couilles.

Le cas de la première version du «pays lock», les habitants des quartiers populaires qui se plaignent pour l’obtention des services de base, la mobilisation des policiers qui débouche sur une confrontation armée entre la PNH et les soldats des FAd’H témoignent clairement l’irresponsabilité de l’État et quelles formes doivent prendre les revendications.

Si rien n’est fait, les dangers qui nous approchent seront tellement graves que nous ne saurons pas comment les expliquer. Et dommage, le pays s’enfoncera de plus en plus dans l’abîme.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker