Coronavirus: Me André Michel dénonce la corruption entourant la dépense des 18 millions de dollars

C’est l’heure des grandes manœuvres, des dépenses faramineuses et en dehors de tout contrôle : c’est la description de ce qu’on appelle « Etat d’urgence » en Haïti. Suite à l’annonce d’une commande de 18 millions de dollars de matériels sanitaires pour lutter contre le coronavirus, Me André Michel, porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire, se questionne déjà sur un ensemble de points troublants. Il dénonce la corruption et l’obscurité entourant l’attribution de ce marché et met en garde les autorités contre toute violation des normes et procédures régissant la gestion des deniers publics

Me Andre Michel a dénoncé, mardi 31 mars 2020, la gestion qui est faite de la pandémie du Coronavirus par l’équipe au pouvoir. Pour l’homme de loi, la crise sanitaire ne saurait être utilisée pour dilapider les caisses de l’État.

”L’état d’urgence sanitaire ne saurait être mise en avant pour justifier la dépense de 18 millions de dollars américains sans le respect des principes régissant les dépenses de l’Etat. Un marché aussi important comme celui de l’achat de 18 millions de dollars américains de matériels sanitaires doit être soumis au contrôle systématique de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif(CSC/CA) avant toute dépense.», a-t-il déclaré

Le porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire se questionne, par ailleurs, sur un ensemble d’éléments troublants dans cette affaire.

  1. Pourquoi prioriser la Chine en lieu et place des entreprises locales pour la production des masques par exemple ?
  2. Y-a t-il une recommandation écrite du Conseil scientifique relative à la commande des matériels faisant l’objet de ce contrat de 18 millions ?
  3. Pourquoi le premier Ministre de facto refuse jusqu’à présent de publier l’avis du Conseil Scientifique dont il a fait état pour justifier cette dépense faramineuse?
  4. La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif a-t-elle déjà donné son Avis conformément à la constitution et aux lois de la République régissant la matière?
    Autant de questions qui méritent d’être élucidées

En ce sens, l’opposant farouche au pouvoir demande aux autorités en place de se ressaisi. «Je lance une claire mise en garde au Premier Ministre de facto et ses acolytes. Je leur demande de se conformer à la loi. Je leur rappelle que l’Etat de droit est permanent. Les règles républicaines de la transparence financière, en toute circonstance, doivent être appliquées par les pouvoirs publics», a fait savoir l’homme de loi

«J’appelle les Services Compétents du Ministère de l’économie et des finances à la plus grande prudence. Le Premier Ministre de facto Jouthe Joseph, Jovenel Moïse et leurs acolytes ne doivent pas profiter de ce moment de détresse pour s’enrichir au détriment de la population haïtienne démunie. J’appelle les partis politiques de l’opposition et les organisations de la société civile à la plus grande vigilance pour éviter le gaspillage des ressources destinées à la lutte contre le CORONAVIRUS par le Premier Ministre de Facto, Jovenel Moïse et leurs acolytes», a-t-il mis en garde

«D’ailleurs, Monsieur Jovenel Moïse dont le nom est cité 69 fois dans le rapport de la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif sur la dilapidation des 4.2 milliards de dollars américains du fonds PETROCARIBE, entretient une très mauvaise relation avec l’argent. Je rappelle aussi que ce même Jovenel Moïse est encore inculpé par devant la justice Haïtienne pour blanchiment de plus de 5 millions de dollars américains suivant un rapport de l’UCREF, une institution d’Etat spécialisée dans la lutte contre le blanchiment des avoirs et le trafic de la drogue. Ce dossier est encore pendant à la Cour d’Appel de Port-au-Prince. Depi yon chat chita bò kote yon bòl lèt fòk ou toujou ap veye pou li pa foure bouch li ladan. Se Mèt kò veye kò.», a-t-il rappelé

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker