Les habitants de Delmas ne font pas confiance aux autorités face au COVID-19

« Kibò sa? Te janm te gen ka vre, te kwè gouvènman annik tande y ap bay kòb ak peyi ki gen maladi an, yo gentan deklare 2 ka » tels sont les propos d’un jeune vivant à Delmas.

Nous sommes le jeudi 19 mars à Delmas, il était environ 18h25, quand le chef de l’État a annoncé les deux premiers cas confirmés de COVID-19 sur le territoire national. Du coup, l’inquiétude monte et les habitants de Delmas se précipitaient dans les fontaines pour s’approvisionner en eau potable, communément appelée « Dlo trete ».

Le lendemain, vendredi 20, la mairie de Delmas s’activait et faisait circuler une mobile sonore, essayant d’alerter la population delmassienne du danger qu’est le COVID-19; Une pandémie virale qui a déjà fait plus de 37,000 décès dans le monde.

Une semaine plus tard, tout semble retourner à la normale. La population retourne à son mode de vie habituelle et aucune trace dans la commune de la mobile sonore de la mairie de Delmas. Seuls les établissements scolaires et universitaires et les usines textiles sont restés fermés en essayant de respecter les mesures gouvernementales demandant la fermeture des universités, des écoles, des écoles professionnelles et les factories.

Toutefois, la rédaction de TripFoumi Enfo a tenté de contacter en vain par téléphone les responsables de communication de la municipalité de Delmas en vue de connaître leur stratégie et quelles sont les zones ciblées pour faire la sensibilisation?

Les marchés publics de la commune fonctionnent à plein régime, les gens ignorent la maladie. La distance sociale n’est pas respectée. Le Centre de Réception et de Livraison de Document d’Identité (CRLDI) de Delmas, ancien bâtiment où logeait l’administration communale de Delmas, continue d’enregistrer les personnes qui veulent se procurer de leur carte d’identification nationale.

Les gens qui se munissent d’un masque sont l’objet de moqueries et d’insultes. « Se ou k ap pran l avan, fè entèresant, ou menm ak Jovenel ki konn maladi sa», a déclaré un résident de la zone.

« Kibò sa? Te janm te gen ka vre, te kwè gouvènman annik tande y ap bay kò, yo gentan deklare 2 ka » a déclaré un autre jeune habitant de Delmas.

Le chanteur populaire Roody Roodboy est la cible de leurs critiques. Pour eux, l’artiste serait de connivence avec le gouvernement en vue de soutirer l’argent de l’international, prétextant qu’il est un cas confirmé et qu’il a été testé positif au COVID-19.

Face à cette méfiance de la population vis à vis des autorités centrales, la bataille contre la pandémie du COVID-19 s’annonce très difficile et suscite beaucoup d’efforts aux côtés des membres du gouvernement pour gagner la confiance des habitants et pour faire respecter les consignes et les règles d’hygiène.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker