Un mois après l’annonce officielle des premiers cas Covid-19 en Haïti, quelles perspectives pour un État défiant et ignorant?

L’arrivée tardive du Covid-19 en Haïti serait due aux mesures barrières des pays les plus fréquentés par les Haïtiens et aussi au faible afflux touristique sur le territoire, selon certains experts. Les responsables sanitaires du pays ont confirmé les deux premiers cas le 19 mars dernier soit 18 jours de décalage à la République Dominicaine qui a confirmé son premier cas, 57 jours après les premiers cas aux États-unis et 54 jours après l’annonce de la France. Ces pays où les Haïtiens émigrent le plus.

À ce stade, 47 cas de contamination ont été confirmés par les autorités sanitaires du pays, ce 19 avril. Des cas de transmission communautaire ont aussi fait leur apparition dans le jeu sanitaire, des foyers se multiplient. Delmas et Pétion-Ville comptent à elles seules 19 cas. Et le Département de l’Ouest est le plus durement touché, avec 24 cas confirmés au Covid-19. En dépit de la hausse des cas, la population ne fait toujours pas confiance aux gardes de sceaux de la République et ignore l’existence de la pandémie sur le territoire.

Le 2 mars dernier, soit un jour après l’annonce du premier cas en République Dominicaine, la pression monte sur l’île, la ministre de la santé publique et de la population, Dr Marie Gréta Roy Clément, a annoncé des mesures et des dispositifs en cas d’éventuelle importation du virus sur le territoire. « Le gouvernement dispose d’environ 200 lits dans les hôpitaux privés et publics sur tout le territoire pour recevoir des cas de coronavirus », a t-elle indiqué. Cela ne semble pas rassurant pour une population de près de 13 millions habitants.

Le 19 mars, le président entouré de ses ministres annonce les deux premiers cas et aussi des mesures barrières visant à contenir la propagation du viru sur le territoire. Ces mesures ridiculisées par la suite par certains membres de la population par les manques de confiance et de moyens des dirigeants pour les faire respecter et surtout par les dérives du gouvernement.

Malgré les mesures annoncées par le gouvernement visant à respecter la distanciation sociale et l’interdiction de rassemblement, le gouvernement lui-même, autorise l’enregistrement des citoyens pour la nouvelle carte d’identification nationale. Ce qui fait augmenter le doute au sien de la population.

Dans un climat de défiance et d’ignorance, Dans certains quartiers reculés et même dans la capitale, des gens ignorent toujours l’existence de la maladie sur le territoire, ce qui a un lien direct aux dérives et les promesses non tenues du gouvernement liées aux mesures d’accompagnement des plus démunis.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker