Des policiers réclament 9 mois de salaire, une marche pacifique annoncée pour ce lundi


Les policiers de la 30e promotion de la Police Nationale d’Haïti annoncent une marche pacifique pour ce lundi 27 avril 2020. À l’origine, ils veulent réclamer 9 mois de salaire ainsi que des matériels pour faciliter leur travail. C’est l’un des policiers de la promotion qui a fait l’onnonce ce jeudi matin, 23 avril 2020, sur les ondes de Caraïbes FM.

«Nous n’avons rien reçu depuis notre graduation, nous aurons dix mois au mois de mai prochain. Pour cela, nous réunirons au Carrefour de l’aéroport (Résistance), le lundi 27 avril 2020 pour démarrer une marche pacifique. Nous allons nous adresser au Premier Ministre Jouthe Joseph qui s’était dit être le premier des policiers. Nous serons accompagnés des policiers du « 509 Fantom » ainsi que de certains policiers de la 29e promotion qui, eux, réclament 6 mois de salaire», a fait savoir cet agent de force de l’ordre répondant à Guerrier Dieuseul et Pierre Renel René. Ayant été questionné sur le fait que les grands rassablements sont interdits, le policier rassure qu’ils prendront des dispositions afin d’éviter la propagation du virus. D’ailleurs, dit-il, l’un des motifs de leur mobilisation est aussi de réclamer des gants et des masques de protection contre le virus pour continuer leur «pénible» travail.

Dans un pays où les groupes armés se multiplient et imposent leurs lois, les forces de l’ordre, à part l’État, sont les premiers concernés par la question. Ils devraient, en ce sens, être pris très au sérieux afin d’accomplir leur mission qu’est de protéger et de servir la population. Pourtant, nous voilà face à une situation où des policiers vont devoir, une fois de plus, abandonner leur poste pour manifester afin de réclamer ce qui leur est dû.

Faut-il s’attendre à ce que les policiers soient efficaces dans leur travail dans une situation pareille? Nous aurons toujours, malheureusement, des policiers impliqués dans des actes de banditisme vu qu’ils doivent s’occuper de leur famille et l’État n’est jamais prêt à assurer leur survie. Parallèlement, soulignons que la commune de Delmas est la plus touchée par le Covid-19. Un rassemblement populaire dans cette commune peut favoriser la propagation plus rapide du virus dans le pays. Aussi, il ne faut pas oublier que malgré tout, le transport en commun et les marchés publics dans cette commune fonctionnent, anarchiquement, comme à l’accoutumé. Ne faudrait-il pas s’attendre au pire?

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker