Plus de 26 millions de personnes au chômage en 5 semaines aux USA à cause du Covid-19

Les demandes hebdomadaires de chômage aux États-Unis ont atteint 4,4 millions portant le total sur 5 semaines à plus de 26 millions, selon CNBC. Le total sur cinq semaines est maintenant de 26,4 millions, soit plus que tous les emplois créés depuis la Grande récession de 1929. Les totaux restent élevés alors que les États continuent d’essayer de faire face à l’afflux massif de nouvelles demandes.

La semaine dernière, le nombre de demandes d’indemnisation au chômage s’est poursuivi à un rythme sans précédent avec 4,4 millions de nouvelles inscriptions à l’assurance-chômage, ce qui porte le total des cinq dernières semaines à 26,4 millions, a annoncé jeudi le département du Travail des USA.
Le nombre représentait une baisse de 810 000 par rapport à la semaine précédente, mais le total sur cinq semaines a maintenant dépassé tous les gains d’emplois depuis la Grande Récession.

Les économistes interrogés sur cette affaire s’attendaient à 4,3 millions de nouvelles réclamations. “Un autre chiffre horrible, mais au moins la trajectoire est clairement à la baisse », a déclaré Ian Shepherdson, économiste en chef à Pantheon Macroeconomics.

Le taux de chômage assuré, qui compare les prestations actuelles à la taille de la population active, est passé à 11%, soit un bond de 2,8% par rapport à la semaine précédente. Cela se traduit par « à peine crédible » 23% lorsque le Département du travail publie son calcul du taux de chômage dans deux semaines, selon Paul Ashworth, économiste en chef américain chez Capital Economics. Le record précédent pour les États-Unis était de 24,9% pendant la Grande Dépression où la situation était plus que catastrophique.

Avec pratiquement tous les autres indicateurs économiques pointant vers la pire récession depuis la Grande Dépression, les demandes de chômage sont considérées comme le moyen le plus courant de mesurer à quel point les conditions ont été affectées par la distanciation sociale associée au Covid-19. La flambée survient au milieu d’un arrêt de six semaines de l’économie, les gouverneurs et les responsables locaux cherchent à redémarrer leurs activités.

«Nous sommes confrontés à un ennemi imprévu et le rapport d’aujourd’hui continue de montrer que les temps sont difficiles pour de nombreux Américains qui souhaitent reprendre le travail. En raison du leadership du président Trump et de l’engagement du peuple américain à ralentir la propagation, nous sommes sur une base de données – motivé et responsable pour rouvrir l’Amérique « , a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Judd Deere. « Alors que nous commençons l’approche progressive, l’administration continue d’agir rapidement pour fournir les avantages en vertu de la loi CARES dont les travailleurs, les familles et les petites entreprises à travers le pays ont besoin. » Le total est bien pire que tout ce que les États-Unis ont vu auparavant, avec le précédent sommet d’une semaine de 695 000 remontant à octobre 1982. Pourtant, la baisse par rapport au pire il y a quelques semaines, a-t-il indiqué.

« Nous assistons probablement au pic des réclamations au fur et à mesure que les gens retournent au boulot « , a déclaré Peter Boockvar, directeur des investissements chez Bleakley Advisory Group. « Encore une fois, le rythme auquel ils le feront est la question. » Le décompte de la semaine dernière a été révisé à la baisse de 8 000 à 5,24 millions.

Même si le total pour la semaine écoulée, soit le 18 avril a chuté, le nombre de sinistres continus a atteint un record à un peu moins de 16 millions, une augmentation de 4 millions par rapport à la période précédente. La moyenne mobile sur quatre semaines a bondi à 5,8 millions, soit une augmentation de 280 000.

Les totaux restent élevés alors que les différents États continuent d’essayer de faire face à l’afflux massif de nouvelles demandes. La Floride à elle seule a enregistré 324 718 nouveaux dépôts, soit près du double de la semaine précédente, selon des chiffres non ajustés. En revanche, New York a enregistré une chute de près de 190 000 personnes, réduisant de moitié le nombre de ses réclamations par rapport à la semaine précédente.

Le gouvernement a déployé des programmes de sauvetage pour aider les personnes licenciées et les entreprises forcées de réduire les salaires en raison des restrictions sociales et de l’effondrement de la demande. Le nombre de demandes d’indemnisation pourrait rester élevé, car les montants supplémentaires prévus dans l’indemnisation du chômage augmentent le salaire de certains travailleurs au-dessus de ce qu’ils gagnaient avant les congés.
Les entreprises pourraient également avoir du mal à recruter si la demande ne reprend pas une fois l’économie redémarrée.

« La durée est vraiment la clé, pour voir à quelle vitesse nous pouvons remettre ces personnes en licenciement temporaire ou en congé sur les listes de paie », a déclaré Liz Ann Sonders, stratège en chef des investissements chez Charles Schwab.

À souligner que la situation reste encore chaotique aux États-Unis où le bilan continue de s’alourdir avec plus de 53,000 morts et plus de 946,000 cas de contamination au coronavirus.

Coup d’œil, ici, sur l’évolution de la maladie dans le monde.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker