Une jeune ambulancière noire tuée dans son lit par des policiers aux Etas-Unis

Breonna Taylor, ambulancière agée de 26 ans, a été tuée à son domicile à Louisville, dans le Kentucky, aux USA le 13 mars 2020. À l’origine de sa mort, des policiers, qui devaient exécuter une perquisition, se sont trompés de domicile et lui ont tués par huit balles.

Cet énième acte (homicide) a suscité l’indignation aux États-Unis le mercredi 13 mai dernier. Alors qu’elle a été tuée le 13 mars 2020 dans son lit avec son compagnon, des responsables politiques, des associations et internautes américains reviennent sur le dossier pour dénoncer «une nouvelle affaire de violence raciale». Selon l’avocat de sa famille, «les agents avaient un mandat de perquisition et devaient exécuter un mandat d’avis de recherche contre un suspect qui n’habitait plus l’immeuble et qui était déjà détenu. Ils l’ont atteint de huit balles».

Kenneth Walker, son compagnon qui détient un permis de détention d’armes a fait feu sur les policiers. Il a été ensuite arrêté pour tentative de meurtre sur un agent des forces de l’ordre.

Passé inaperçu, l’affaire Taylor refait surface. Ben Crump, avocat connu pour sa lutte dans la défense des victimes noires des bavures policières, a déposé une plainte au nom de la famille en exigeant des réponses de la police de la ville; qui n’ont pas encore réagi.

De son côté, Greg Fisher, Maire de Louisville, assure vouloir que la vérité sorte. Il rassure que «les policiers pourront se retrouver dans des situations difficiles».

«C’est tellement déshumanisant que la famille de Breonna et beaucoup d’autres soient obligées de lancer des campagnes publiques juste pour que la vie des victimes soit reconnue et obtenir la dignité d’une justice», déplore Alexandria Ocasio-Cortez, nouvelle figure de la gauche démocrate aux USA.
D’un autre côté, le mouvement Black Lives Matter s’est aussi prononcé. «Breonna faisait partie des professionnels de santé qui nous ont aidés à sauver des vies durant cette pandémie. Mais alors même qu’elle aidait à sauver des vies, la violence policière a pris la sienne», regrette le mouvement.

Si la mort de Breonna Taylor paraît révoltante, il faut souligner qu’elle n’est pas la première noire a être vicitme de bavures policières. C’est presque devenu monnaie courante aux États-Unis où, semble-t-il, la question de couleur n’est pas encore totalement résolue.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker