Des bouteilles en bambou créées pour remplacer celles en plastique; un bon exemple pour Haïti

Pour combattre les grandes causes de pollution de l’air, du sol et des océans avec les déchets plastiques, certains pays semblent pouvoir résoudre en grande partie ce problème. Comme c’est le cas de l’Inde qui a remplacé les bouteilles en plastiques par celles en bois. N’est-ce pas vrai que c’est un bon exemple pour Haiti?

De plus en plus d’idées émergent pour se débarrasser des polluants plastiques, ne serait-ce qu’en partie. Cette idée est très intéressante et elle vient d’Inde, où certains dirigeants semblent prendre la question au sérieux.

Il s’agit d’une solution innovante, une bouteille en bambou qui peut servir d’alternative aux bouteilles en plastique qui sont également biodégradables et réutilisables.

Comme vous pouvez le voir, le design des bouteilles elles-mêmes n’est pas trop attrayant visuellement par rapport aux formes stylisées des bouteilles en plastique, mais cela ne les empêche pas d’être utiles ou qu’une entreprise ne peut pas les repenser pour les rendre plus esthétiquement intéressantes.

Les bouteilles sont hermétiques et sont actuellement fabriquées à la main. Pour cette raison, ils peuvent à peine fabriquer quelques unités par jour. Néanmoins, une fois que vous obtenez une de ces bouteilles, leur durée est estimée à un an et demi.

Les bouteilles, au prix de 200 roupies (environ 3 euros), sont entièrement faites à la main et fabriquées à partir d’une variété de bambou appelée bhaluka.

Par ailleurs, profitons de rappeler que, d’après les études, plus de la moitié des déchets qui vont dans les océans appartiennent à la catégorie des bouteilles et sacs en plastique. On se souvient que la République Dominicaine a dejà accusé Haïti d’être la principale responsable de la pollution de ses eaux (mer et rivières).

De surcroit, on se rappelle du résultat de la 20ème Édition de l’étude Mercer, publié le 20 mars 2018 sur les villes les plus salles du monde. Et bien, Port-au-Prince était la ville la plus salle (231e) derrière Dhaka, la capitale du Bangladesh (230ème), tandis que Santo-Domingo en République Dominicaine occupe la 135e position.

Ce n’est un secret pour personne que plus de 80 % des déchets qui salissent les rues d’Haïti sont en plastique. Plus particulièrement les boissons (eau, jus…) embouteillées dans des contenus en plastique et les eaux en sachet. Alors que la durée de vie naturelle des bouteilles en plastique varie en 100 à 1 000 ans.

Alors, espérons que des idées comme celle-ci se développent en Haiti et que les grandes entreprises commencent à penser à des alternatives similaires.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker