Haïti, rareté de carburant : l’Etat et ses responsabilités.

Depuis environ 10 ans, la République d’Haïti fait face à une crise majeure qui affecte de façon inquiétante son économie.

En effet, toute suite après son intégration dans le programme de Petro Caribe qu’a mis sur pied le gouvernement vénézuélien (Hugo Chavez), le pétrole devient une source de financement participant à grande échelle dans la réalisation de certains « travaux » de l’Etat haïtien.

Il est quand bien même important de croire que malgré tout, suivant les données disponibles, le fond du pétrole n’a pas été utilisé de manière rationnelle.

D’ailleurs, le débat sur le gaspillage du fond de ce programme a été au cœur de tous les mouvements populaires durant ces trois dernières années. De fait, la crise pétrolière dans laquelle le pays s’enlise actuellement, est, du coup, consubstantielle à cette histoire de mauvaise gestion. Cependant, de nos jours, force est de constater que cela va de mal en pire.

La crise devient intenable.

En dépit de tout, qui sont les principaux bénéficiaires de cette situation de crise calamiteuse?

Ainsi, nous estimons qu’il est nécessaire de porter une réponse claire à travers des analyses judicieuses par rapport à cette question posée.
Force est de constater que de nos jours les pompes à essence deviennent un espace où les conducteurs se bagarrent chaque jour.
Et de fait, en pleine période de COVID-19 ils ne sont en aucune manière attaqués d’aucune stupeur puisqu’ils se mettent à la recherche du carburant dans le but de garantir son moyen locomotif.

Le prix du carburant est fixé à la pompe suivant le caprice de chaque compagnie pétrolière ce qui ne crée pas une stabilité au niveau du prix. Puisque l’essence relève être jusqu’à date un produit transversal, la crise qui bat son plein dans ce secteur entraine un dysfonctionnement majeur au niveau de toutes les structures de la société. Parce qu’il est une évidence de dire que l’augmentation des prix du carburant à la pompe varie à celle des produits de première nécessité ainsi que les prix du trajet puisqu’il y a une corrélation majeure.

La crise pétrolière se répand partout à travers le pays. Nombreux sont les citoyens qui commencent à s’indigner de cette sombre réalité. Cette semaine est marquée par une terrible situation à Pèlerin I où plusieurs motocyclettes ont été incendiées dans une pompe à essence (DNC) ce mardi 16 juin 2020. Alors que les autorités étatiques font montre plus que jamais leur incapacité à trouver un dénouement à cette crise qui constituera tôt ou tard un spectre. Tous les conducteurs en ce moment ont la difficulté de renflouer leur véhicule à cause du prix de l’essence qui se grimpe de façon vertigineuse et son accès devient de plus en plus difficile à la pompe. Sur ce, les chauffeurs des véhicules (tap tap, taxi moto, etc.) fixent leur prix comme beau leur semble et du coup exploitent les passagers déjà décapitalisés.

A cet égard, pourquoi l’Etat ne fait pas la commande de manière régulière ? Qu’est ce qui explique que l’Etat ne continue pas à entretenir son contrat dument signé avec une société pétrolière haïtienne qui existe déjà sur le marché ?

Par exemple, nous nous rappelons que dans les années 2007, le gouvernement de René Garcia Préval avait dument publié dans le journal le Moniteur au numéro 39 et 40 en mai 2007 une société pétrolière. Laquelle société entretenait une relation professionnelle avec l’Etat haïtien dans la distribution des produits pétroliers partout à travers le pays.

Toutefois, il faut dire en passant qu’il y a d’autres distributeurs pétroliers qui distribuaient de l’essence à la pompe. Alors qu’au moment où nous abordons cette question le pays connait une crise pétrolière suscitant pas mal d’inquiétude au sein de la population.

Sur cet état de fait, pouvons-nous associer cette réalité à un complot de l’Etat haïtien pour une augmentation du prix de l’essence contre la nation ou s’agit-il d’une impuissance des distributeurs pétroliers de fournir de l’essence ?
Nous souhaitons quand même que cette crise pétrolière ne crée pas une fois de plus de nouveaux riches et appauvrit les masses de manière continue, car la prochaine fois ce sera le feu.

PS : Nous tenons à informer à tout le monde qu’un prochain article sera publié sous peu en vue de continuer à étayer ce point.

Co-auteurs

Richelier SIMONVIL
Jacques CHARLES

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker