Le malade a peut-être besoin d’une amputation, dit Georges E. Allen pour défendre l’intégrité de la RTVC

Le co-présentateur du journal 19-20, Georges E. Allen, en a marre de la nouvelle définition donnée au sigle de la RTVC (radio télévision de la corruption) sur les réseaux sociaux. En effet, dans une publication sur Facebook ce jeudi 9 juillet, le journaliste s’est montré indigné des actions des internautes à l’encontre de la RTVC suite aux scandales de corruption qui frappent l’émission Matin Caraïbes.

La radio télévision Caraïbes n’est pas à l’abri des critiques depuis plusieurs semaines à cause des accusations de corruption et de pots-de-vin proférées à l’endroit du journaliste Emmanuel Jean François, qui, par la suite, a balancé ses collaborateurs à l’émission Matin Caraïbes qui auraient reçu une somme d’argent destinée au programme d’assainissement en décembre 2018. Ce que les internautes croient que c’est la station, elle-même, qui est infestée de corruption. Des allégations qui ne semblent pas plaire à l’ancien journaliste de la radio télé Métropole et maintenant au service de la RTVC.

En listant des noms de jeunes journalistes travaillant au sein de l’institution, Georges E. Allen croit que le C a peut être d’autres définitions et ce n’est pas la corruption. « Pour Moi, contrairement à vous (je m’adresse à l’auteur de la publication et ceux qui allègrement la partagent), le ‘’C’’ de la RTVC quand il n’est pas ‘’Caraïbes’’ , il est : Conviction et Compétences », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Le journaliste croit que dans l’espace de la radio il y a des jeunes respectueux. « Des jeunes que j’ai l’honneur de voir à l’œuvre et qui exsudent intégrité, honnêteté, respect du métier tant dans leur façon de faire que dans leur manière de juger et/ou de se comporter. », a t-il poursuivi.

« Aux adeptes du ‘’qu’importe les victimes si le geste est beau’’, je répète que la RTVC n’est pas la Radio Télévision de la Corruption. Le malade a peut-être besoin d’une amputation, fait qui n’échappe pas à son Père ; mais évitons de lui prescrire l’euthanasie sous le faux prétexte d’un cancer généralisé », a t-il conclu.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker