La joie latino-américaine

Comment nous, les Latino-Américains, nous regardons-nous ? Sans aucun doute, la réponse est que nous nous considérons comme travailleurs, loyaux, mais surtout, heureux et prêts à faire la fête pour n’importe quelle raison. Nous célébrons la même chose parce qu’un candidat très populaire a gagné une élection, ou pour un anniversaire de plus, quel qu’il soit. Une autre raison de sourire et de se sentir heureux (ou triste) dans nos pays à cause d’un événement sportif. Dans les compétitions locales (sportives ou électorales), où certains gagnent et d’autres perdent, la joie est partagée, mais lorsque la compétition sportive se déroule au niveau international, la joie est généralisée.

Nous pouvons souligner que le jour où l’équipe argentine de basket-ball a battu l’Italie aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004 et a remporté la médaille d’or, les habitants du pays andin se sont sans aucun doute sentis plus heureux que les Italiens. Ou encore les célébrations sans fin lorsqu’au début des années 90, Ayrton Senna a remporté un championnat de Formule 1 devant Alain Prost, faisant du Brésil un pays momentanément plus heureux que la France. Sans oublier les grandes fêtes qui ont lieu tous les quatre ans à l’occasion de la Coupe du monde : Argentine, Brésil, Colombie, Chili. Le Costa Rica, le Pérou, le Mexique, le Paraguay, l’Uruguay, ont parfois été plus heureux que l’Allemagne, l’Australie, la Croatie, l’Espagne, la France, l’Angleterre, l’Italie ou la Suisse à un certain moment en 2010, 2014, 2018.

C’est ainsi que le bonheur peut être trivial. Les gens, en particulier, peuvent être heureux de bien d’autres façons : en écoutant de la musique : jazz, opéra, rock, reggaeton ; aller au cinéma pour voir les derniers Avengers ou Parasites (selon les goûts de chacun) ; regarder ses émissions de télévision préférées, se promener, courir, faire de la gym ou rester à la maison pour lire un roman, un magazine ; sortir (ou le faire sur Internet) pour acheter des chaussures de tennis, une robe, un jouet, un nouveau gadget, un livre ; voyager à travers le monde et visiter les quartiers de Buenos Aires, les plages de Rio de Janeiro, les ports de Cartagena ou de La Havane, l’Antigua coloniale au Guatemala ou Guanajuato au Mexique. Mangez la même chose dans un restaurant de haute cuisine à Lima ou à Mexico, comme vous le faites dans les rues de Medellin. La joie, ou le bonheur selon la façon dont il a été abordé par divers philosophes et études, est une lettre ouverte d’options. Comme le souligne l’incontournable philosophe français Guilles Lipovetsky dans Le bonheur paradoxal : « le bonheur s’identifie à la satisfaction du maximum de besoins et au renouvellement sans fin des objets et des divertissements », c’est-à-dire que dans notre société d’hyperconsommation, le bonheur s’identifie aux objets et aux expériences.

Malgré les différences de bonheur et l’énorme paradoxe souligné par Pascal Bruckner dans son ouvrage L’Euphorie perpétuelle, où il note que le fait de ne pas être heureux semble être considéré comme un crime de notre temps, il existe des tentatives pour mesurer le bonheur des habitants des pays. C’est un peu comme ajouter un sentiment de plus à ceux évoqués par Dominique Moïsi dans La Géopolitique des émotions où il parle de la peur, de l’humiliation et de l’espoir dans les pays. Le thème est si important que l’ONU a déclaré qu’à partir de 2013, la Journée mondiale du bonheur sera célébrée.

Un exercice mondial intéressant est présenté par l’enquête « Global Happiness Survey » de la société Ipso Global Advisor, qui a réalisé une série d’enquêtes dans 28 pays pour déterminer le degré de bonheur en 2019. La principale question de cette enquête était la suivante : « En prenant tout cela en compte, diriez-vous que vous êtes : très heureux, assez heureux, pas très heureux, pas du tout heureux ? En raison de la petite taille de l’échantillon, seuls 6 pays d’Amérique latine ont été interrogés, le premier se situant à la 14e place, le Brésil, où 61 % des personnes heureuses sont recensées. Il est suivi dans l’ordre et en pourcentage par le Mexique avec 59%, le Pérou et la Colombie avec 58%, le Chili avec 50% et à la dernière place des 28 pays apparaît l’Argentine avec 34%. Des résultats contrastés avec l’enquête mondiale de l’entreprise Gallup, qui dans son indice mondial du bonheur 2017 indique que la Colombie, le Mexique et l’Argentine font partie du groupe des 10 pays les plus heureux, tandis que le Brésil se situe dans les 10 pays les plus malheureux. En d’autres termes, en deux mesures différentes, l’Argentine et le Brésil vont du plus heureux au moins heureux

Nous avons un autre exemple avec l’indice Happy Planet, qui est développé par une organisation appelée la New Economics Foundation. L’indice mélange des données concrètes et des enquêtes d’opinion, de sorte que la formule utilise la somme de trois valeurs : l’espérance de vie (réalisée à partir de données des Nations unies), le bien-être (construit grâce à des enquêtes dans chaque pays pour savoir dans quelle mesure ils sont satisfaits de leur vie), l’inégalité des résultats (réalisée à partir de la somme des inégalités au sein du pays) ; pour obtenir le résultat final, les variables ci-dessus sont divisées par l’empreinte écologique (l’impact de l’environnement sur le pays).

Dans le rapport 2016, qui couvre 140 pays, le résultat est que le paradis du bonheur se trouve en Amérique latine avec les trois premières places : le Costa Rica, le Mexique et la Colombie, tandis que les dernières places du continent sont le Honduras à la 65e, le Paraguay à la 91e et la Bolivie à la 92e. Il est à noter que si le Danemark est à la 32e place, le Venezuela est à la 29e.

Un autre indice qui mesure le bonheur est celui développé par le Réseau des solutions de développement durable des Nations unies en coordination avec certaines universités (Oxford, Columbia, Colombie-Britannique) et d’autres organisations. Le rapport sur le bonheur dans le monde évalue 156 pays et 173 villes. Les variables utilisées dans ce rapport sont également une combinaison de données concrètes et de perceptions : le PIB par habitant et l’espérance de vie en bonne santé font partie des données ; en outre, le soutien social (à savoir si, en cas de problème, vous avez de la famille ou des amis qui pourraient vous aider), la liberté de prendre des décisions, la générosité (à savoir si vous faites des dons à des œuvres de bienfaisance) et la perception de la corruption.

Dans cet exercice, les cinq premiers pays d’Amérique latine sont le Costa Rica (12e), le Mexique (23e), le Chili (26e), le Guatemala (27e) et le Panama (31e), tandis que les pays à l’autre bout du continent sont le Honduras (56e), la Bolivie (61e), le Paraguay (63e), le Pérou (65e) et le Venezuela (108e)

Comme nous l’avons souligné au début de cet article, le bonheur se vit personnellement, ou collectivement comme dans les activités sportives. De là à penser que l’État peut vous apporter une sorte de bonheur, c’est plus compliqué. Par exemple, si l’on suit la voie du football, aucun pays ne sera champion du monde par décret présidentiel (le doute subsiste sur ce qui s’est passé en Argentine en 1978), et l’État ne fournira pas non plus à la société les objets qu’elle souhaite dans l’individu. Nonobstant ce qui précède, on continue de penser que l’État doit fournir quelque chose qui se rapproche du bonheur, comme le montre le cas du Venezuela où il existe un vice-ministère du bonheur social suprême du peuple.

Le célèbre psychologue Steven Pinker souligne dans son récent ouvrage In Defense of Enlightenment que « nous nous sentons plus heureux, en général, lorsque nous sommes en bonne santé, à l’aise, nourris, socialement connectés, sexuellement actifs et aimés », et donc « nous constatons sans cesse que les raisons du bien-être incluent de bons réseaux de soutien social, la confiance sociale, un gouvernement honnête, des environnements sûrs et des vies saines. Nous avons donc que si le bonheur vient du bien-être, et que celui-ci est fourni par l’État à travers ses institutions et ses politiques, alors nous pouvons avoir des mesures basées sur des données plutôt que sur des perceptions. En d’autres termes, le sujet du bonheur est retiré aux poètes, aux cinéastes et aux musiciens pour être transmis aux économistes, aux politologues et aux sociologues.

Depuis 1990, le Programme des Nations unies pour le développement publie un Rapport sur le développement humain, dans lequel il mesure les pays à l’aide de diverses variables telles que la santé, l’éducation, les revenus, les inégalités et le genre, en utilisant des critères autres que la simple croissance économique, c’est-à-dire en utilisant d’autres mesures que le PIB. Dans son « Rapport sur le développement humain 2019. Au-delà des revenus, au-delà des moyennes, au-delà du présent : Au-delà des revenus, au-delà des moyennes, au-delà du présent : les inégalités de développement humain au XXIe siècle », sans aborder la question du bonheur des citoyens, et en séparant le développement humain très élevé, élevé, moyen et faible, nous constatons que seuls trois pays d’Amérique latine se situent au niveau très élevé de développement humain, le Chili à la 42e place, l’Argentine à la 48e place et l’Uruguay à la 57e place ; tandis qu’en ce qui concerne le faible développement humain, seul Haïti se situe à la 169e place.

Parmi les efforts internationaux visant à trouver un moyen de mesurer le bonheur, nous trouvons le Latinbaromètre, qui se concentre sur la mesure de certains aspects de la démocratie et de certaines autres questions, dont la satisfaction de la vie. Comme le souligne le rapport 2018, la région d’Amérique latine est l’une des plus heureuses du monde, 73 % des personnes interrogées se sentant satisfaites de la vie. Les pourcentages les plus élevés se trouvent au Costa Rica et en Colombie avec 86 % et au Guatemala et en République dominicaine avec 85 %. Le pays où le pourcentage de satisfaction de la vie est le plus faible est la Bolivie, avec 59%.

On peut dire que, d’une manière générale, l’état d’esprit des Latino-américains est bon et qu’il tend toujours vers le bonheur. Même le Venezuela, avec toutes ses difficultés, en vient à se considérer comme plus heureux que le peuple de Dinamraca. Si les constantes économiques et sociales, si douloureusement présentes dans la vie quotidienne, n’ont pas d’impact sur les personnes lorsqu’on leur demande si elles sont heureuses La satisfaction de la vie en Amérique latine a connu ses pires périodes entre 1997 et 2001, lorsqu’elle était de 41 %, mais depuis lors, elle a évolué entre 66 % et 77 %.

Avec toutes les grandes inégalités économiques et sociales qui existent, les Latino-Américains continuent à bouger leur corps au rythme de la batucada, de la salsa, du ballenato ou de la cumbia. Cependant, comme dans le reste du monde, il n’est pas encore possible de quantifier l’impact qu’aura la pandémie que nous connaissons. En Amérique latine, malheureusement, nous avons appris au fil des siècles à vivre entre une crise économique et une autre qui détruit le patrimoine et accroît la pauvreté.

Comme le souligne l’ONU dans son récent rapport Covid-19 sur l’Amérique latine et les Caraïbes, la pire crise sanitaire, économique, sociale et humanitaire du siècle est en train de se produire dans tous les pays de la région. Serons-nous heureux si la pandémie provoque (selon une projection modérée de l’Institute for Health Metrics and Evaluation de l’Université de Washington) dans un scénario modéré environ 450 000 décès en octobre ? Dans quelle mesure notre bonne humeur sera-t-elle maintenue si la pauvreté passe à 16 millions de personnes selon la CEPALC, ou si, selon les estimations de l’ONU, elle pourrait atteindre entre 45 et 230 millions de personnes en situation de pauvreté ? Serons-nous capables, nous les Latino-américains, de continuer, après les multiples crises que nous avons, à être heureux et joyeux et, sur la mélodie de Joaquín Sabina et Pablo Milanés, à chanter « et tous les week-ends, à jeter la maison par la fenêtre » ?

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker