Le CARDH dénonce la violation des droits humains durant le mandat du président Jovenel Moïse

Le Centre d’Analyse et de Recherche en Droits de l’Homme a dénoncé la violation des droits sociaux et économiques de la population durant le mandat du président Jovenel Moise dans un rapport publié ce vendredi 24 juillet titré «Droits sociaux et économiques : un massacre imminent au-delà des tueries par balles dans des quartiers populaires ».

Dans le rapport, le CARDH a dénoncé les conditions de vie de la population qui n’ont pas cessé de se dégrader traduisant ainsi une violation systématique des droits sociaux et économiques des citoyens, a fait remarquer le CARDH dans ce rapport. L’augmentation vertigineuse du nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire passant de 1.3 millions en 2017 à environ 5 millions en 2020 et la mauvaise qualité de l’éducation, ainsi que la baisse du pouvoir d’achat des ménages.

L’organisation a déploré les différents budgets adoptés depuis 2017 à date par le gouvernement qui ne tiennent pas compte des droits économiques et sociaux de la population.« Étant l’élément d’opérationnalisation annuelle des politiques publiques préalablement élaborées, le budget doit découler d’un cadre programmatique dans lequel la vision globale axée sur les droits humains est dégagée et les projets qui doivent en garantir la jouissance, constituent ainsi la volonté d’un gouvernement à promouvoir les droits humains, particulièrement les droits économiques et sociaux, dans un contexte où les conditions de vie de la population se dégradent considérablement. L’administration Jovenel Moïse ne disposant pas d’un tel cadre, le budget 2019-2020 ne saurait être, d’une manière générale, un budget-programmes promoteur des droits », a-t-on lu dans le rapport.


Ajoute nou sou Telegran pou pa rate oken scoop :https://t.me/TripFoumi!

« Les droits humains constituent un tout. Le respect d’une catégorie ou d’une génération est essentiel à la jouissance d’une autre. À titre d’exemples, en garantissant le droit à la santé, le droit à la vie sera protégé ; en permettant aux citoyens d’avoir accès à une éducation de qualité, ils seront en mesure de choisir des gouvernants capables de prendre des décisions dans le respect de leurs droits et du développement durable et de participer à la vie publique », a poursuivi l’organisation dans son rapport.

C’est le deuxième rapport produit par le Centre d’Analyse de Réseau des Droits Humains (CARDH). Le premier consistait a appelé le chef au respect stricte de la constitution portant sur la durée du mandat présidentiel et l’organisation a plaidé dans le second en faveur de l‘adoption de politiques publiques axées sur le respect des droits humains.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker