Le nouveau code pénal autorise l’amnistie: Pourquoi Éric Jean-Baptiste ne le dénonce pas?

En juin 2019, alors que le pays était en ébullition après la publication de la deuxième partie du rapport PetroCaribe par la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, le Secrétaire Général du Parti du Rassemblement des Démocrates Nationaux Patriotes (RDNP) a dénoncé vive voix les membres de l’opposition qui auraient l’intention d’amnistier les dilapidateurs du fonds PetroCaribe, après avoir renversé Jovenel Moïse.

Au micro du journaliste Valéry Numa, Éric Jean-Baptiste a même failli pleurer, juste pour exprimer sa déception par rapport au mot amnistie qu’il aurait entendu cité lors d’une rencontre privée avec des membres de l’opposition dont les sénateurs Youri Latortue et Nenel Cassy.

Malgré les démentis répétés du Sénateur Youri Latortue arguant qu’il n’existe pas d’amnistie en crime financier, et les explications du Sénateur Nenel Cassy, Éric Jean-Baptiste continue de médias en médias pour dénoncer ce qu’il pense être un moyen pour les opposants à Jovenel Moïse de se laver et de laver toutes les personnes impliquées dans ce vaste scandale de corruption.

Le Président de la République Jovenel Moïse a pris la décision d’autoriser – dans son nouveau code pénal [art 221] publié le 24 juin dernier dans un décret – la possibilité d’amnistier les personnes qui ont dilapidé des fonds publics. Tout le monde en parle et l’aurait probablement tous dénoncé. On pense que le locataire du Palais national travaille d’arrache pied pour que son successeur puisse libérer [amnistier] tous les dilapidateurs du fonds PetroCaribe, qui sont bien majoritairement ses alliés, à croire le rapport de la SCS/CA.

Jusqu’à aujourd’hui, le leader du RDNP n’a pas encore pipé mot. Il reste dans son cachot sans se positionner. Alors qu’avant, avec fougue, il s’était mis à dénoncer l’amnistie qu’il jugeait tellement mauvais.

Les gens tentent de se faire une idée du silence de Éric Jean-Baptiste, qui n’a « même pas le courage de continuer à dénoncer l’amnistie » qu’il dénonçait dans le passé. Plusieurs partent à l’idée que l’entrepreneur serait un allié de Jovenel Moïse et n’oserait pas se positionner contre la volonté du Président.

Fort de cela, aux côtés du retour sur le tapis les soupçons qui lui mettraient bien évidemment dans le camp du Président, son mutisme anime l’idée qu’il serait l’un des pions du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) pour la prochaine présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker