Les producteurs privés d’électricité haïtiens licenciés au profit d’une compagnie privée turque

Le premier ministre, Jouthe Joseph, a réalisé, ce lundi 27 juillet, une visite au bureau central de l’ÉDH. Il s’est entretenu avec la présidente du syndicat FESTRED’H, Mme Rosemonde Adrien, pour trouver une issue à la crise qui secoue la compagnie publique d’électricité.

Le PM en a profité pour annoncer à la présidente l’arrivée d’une compagnie privée turque pour assurer la production d’énergie électrique dans le pays.

Un cahier de projets est en cours d’exécution et bien avancé avec cette compagnie turque, a t-on écrit dans une note de la primature, datée lundi 27 juillet.

La compagnie turque avec sa centrale flottante produira 76 MW sur Port-au-Prince et 36 MW sur Cap-Haïtien, a fait savoir la note.

Une décision de l’exécutif qui n’est pas cadrée avec la promesse du président qui avait retiré les contrats, dits juteux, aux mains des compagnies privées haïtiennes pour donner le plein contrôle à l’État dans la production d’électricité pour avoir estimé que l’État avait dépensé trop d’argent.

La reprise des centrales varreux par l’État aux mains de la SOGENER et la coupure des contrats avec les compagnies Hay-Track et E-power, était-ce vraiment nécessaire pour réguler et redynamiser l’ÉDH ?

Et pourquoi pas un appel d’offres au niveau national avant de s’engager avec une compagnie étrangère?

Comment encourager les entreprises locales dans le fameux processus de production nationale ?

Selon l’Économiste Étzer Émile, l’État haïtien a choisi l’importation comme modèle économique. Il n’a pas de politique commerciale pour protéger ceux qui veulent produire au niveau local, a t-il déclaré. Nous devons lutter pour une autre vision émergente, croit Étzer Émile.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker