Quatre ans de travail inaccompli; les membres du CEP mettent la voile après avoir vidé le trésor public

Les huit (8) membres restants du Conseil Électoral Provisoire (CEP) ont jetté l’éponge. Il ont présenté leur démission collective au près de la présidence ce vendredi 24 juillet 2020. Une décision qui, aux yeux de la société civile et de la presse, n’a pas su s’échapper au multiple interprétations indécentes auxquelles elle est assujettie.

Cette démission en bloc a eu lieu après que Jean Simon Saint-Hubert ait lui-même désisté à son poste de conseiller au sein du Conseil Électoral Provisoire (CEP). Une démission qui a pris effet ce lundi 27 juillet.

Installé comme président de ladite institution le 31 mars 2016, Léopold Berlanger était accompagné de 8 autres membres qui percevaient tous un salaire ainsi qu’un ensemble de privilèges depuis tantôt 4 années.

N’ayant jamais voulu abandonner la poule qu’ils déplument depuis le jour de leur nomination jusqu’à la date de leur démission, ils ont passé 4 ans à bénéficier les avantages qui suivent pour un travail qu’ils n’ont jamais su accomplir.

Selon les chiffres du journal en ligne Presse Lakay, ils ont obtenu par mois :

  • Salaire: 240 000 gourdes
  • Frais de 2ème résidence: 160 000 gourdes
  • Frais: 80 000 gourdes
  • Prime de risque: 45 000 gourdes
  • Carte de téléphone: 25 000 gourdes
  • Carburant: 50 000 gourdes
  • Frais de mission: 15 000 gourdes par jour
  • Conseiller membre du bureau: 70 000g
  • Déplacement en République-Dominicaine: 4 000 US
  • Chaque conseiller a droit à deux Véhicules

Alors, vous qui lisez cet article, si vous le désirez, vous pouvez faire le calcul en multipliant tous ces montant par quatre, et vous aurez la somme que ces neuf (9) figurants ont coûtée au trésor public au cours de ces quatre (4) années.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker