Les Funérailles de Sandra René transformées en manifestation populaire

La commune de Carrefour dans la banlieue de bizoton a été le théâtre ce vendredi 28 juillet d’une manifestation improvisée de la population pour déverser sa colère suite au décès de Sandra René dans des conditions dites intolérables.

Cette jeune femme comme toutes les autres combattantes du pays gagnait son quotidien dans la sous traitance chez “Palm Apparel SA” depuis plus d’une dizaine d’années. Tombée enceinte depuis 6 mois, elle a eu un malaise. Transportée d’urgence à l’OFATMA, elle n’a pas été reçue pour faute de moyens afin de recevoir les soins nécessaires.

Au parfum de l’information du secrétariat, ses pairs ont été informés que son employeur n’avait jamais versé ses frais d’assurance alors qu’on prélève régulièrement une partie de son argent pour payer l’OFATMA. Des frais perçus toutes les quinzaines depuis plus de 10 ans.

Transférée d’urgence dans un centre hospitalier privé, elle n’a pas pu malheureusement avec sa famille honorer les 70 milles gourdes réclamées.

Avec ses proches, elle a fait un détour sur ses lieux de travail pour solliciter un prêt. Un refus catégorique de son employeur qui l’a obligé à retourner dans ses carrés à Bizoton où 4 jours plus tard, elle a rendue l’âme.

Une situation qui a révolté plus d’un dont le syndicat du secteur textile qui entend poursuivre la compagnie en justice. Il est plus qu’une urgence que le commissaire du gouvernement ainsi les organismes des droits humains fassent entendre leur voix.

De 1986 à nos jours, des avancées significatives ont été réalisées pour valoriser la main d’oeuvre de ce secteur. Mais, aucun respect pour leur assurer une retraite de qualité.

Allons nous continuer à enregistrer la mort de ces innocents ?

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker