Les législateurs américains dénoncent une concurrence déloyale de la part des “Big Tech”

Google et Facebook ont reçu des critiques particulièrement sévères de la part des parlementaires démocrates et des républicains pour leur abus de pouvoir sur le marché, mercredi, lors d’une audience très attendue du Congrès qui a mis sur la sellette quatre des plus grands PDG américains du secteur technologique.

Le président du panel antitrust de la Chambre des représentants qui a tenu l’audience a déclaré après coup que les quatre PDG avaient reconnu leur comportement.

Mark Zuckerberg de Facebook, Jeff Bezos d’Amazon.com, Sundar Pichai de Google et Tim Cook d’Apple, dont les entreprises ont une valeur marchande combinée d’environ 5 000 milliards de dollars, ont fait face à une série d’accusations selon lesquelles ils auraient paralysé leurs petits rivaux dans leur quête de parts de marché.

Il s’agit du premier témoignage de Bezos au Congrès, lui qui est apparu le moins troublé. Cook a posé moins de questions barbelées que Bezos et les a traitées avec efficacité. C’est Zuckerberg qui a subi le plus de dommages, trébuchant parfois lorsqu’il était confronté à des courriels internes.

Pichai, PDG d’Alphabet et de Google, a été le plus malmené par les conservateurs du panel et semble le plus mal loti, car il a répété à plusieurs reprises aux législateurs qu’il serait heureux de se pencher sur diverses situations et d’y revenir.

L’audition sur les grandes technologies a suscité le mépris des téléspectateurs pour ses propres problèmes technologiques. Bezos a échappé à l’interrogatoire pendant environ une heure dans ce qui aurait pu être un problème technologique.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker