Expulsion « arbitraire » de Natacha Daciné, un haut cadre du RDNP évoque de la « dictature et d’une anarchie »

Max J. Hogarth, Secrétaire Général adjoint des branches extérieures du parti Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) réagissant contre l’expulsion de Natacha Daciné qu’il juge « arbitraire » affirme « qu’ils [les personnes qui prennent et supportent la décision, ndlr] sont entrain d’envoyer au monde entier la confirmation de l’établissement d’une dictature et de l’anarchie au sein du RDNP qui est un parti démocratique ».

Pour qualifier d’arbitraire l’expulsion de Natacha Daciné du parti, il s’appuie sur l’article 12 des règlements et des statuts du RDNP, qui se lit comme suit : « La qualité de membre se perd en cas d’adhésion à un autre parti ; après une condamnation à une peine afflictive et infamante ou par l’application d’une sanction de la commission d’éthique et de conformité à l’orthodoxie doctrinale ». Laquelle commission n’a même pas été encore mise en place par le Comité Exécutif National, a-t-il mentionné.

Dans sa correspondance au directoire du parti, Monsieur Hogarth décide d’observer un arrêt de travail, attendant que les problèmes de mauvaise gestion du parti soient abordées par ses collègues.

Posant un ensemble de questions qui, selon lui, seraient basées sur « la crise constante du parti ainsi que les décisions fictives et orientées du Comité Exécutif National » Monsieur Hugarth fait sa propre lecture autour de la possibilité que Éric Jean-Baptiste utilise « ses ressources économiques pour ordonner ou imposer sa volonté sur les plus vulnérables du corps du CEN ».

Il promet de « reprendre le travail pour développer et rendre plus fort le parti comme nous avions promis de faire ». Toutefois le Secrétaire Général adjoint des branches extérieures rappelle un ensemble d’exigences au CEN dont l’amendement des règlements intérieurs et l’arrêt dans l’immédiat les cotisations illégales de fonds provenant de l’extérieur sans l’aval de son Secrétaire Général adjoint élu.

Ces problème qui gangrènent l’harmonie au sein du parti sont bien réels. Toutefois, il semblerait qu’aucune disposition n’est encore prise pour satisfaire la minorité qui dénonce des dérives. D’ailleurs, le Secrétaire Général du parti continue de minimiser la crise.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker