Marx Stanley Leveillé, un journaliste de la Radio Sans Fin, agressé par des policiers de l’USGPN

Le journaliste Marx Stanley Leveillé de la Radio Sans Fin (RSF) a été victime d’abus de pouvoir par des policiers de l’USGPN ce mercredi 5 août 2020. C’est ce qu’a rapporté Peterson Luxama, un ancien collègue à la RSF, précisant que son confrère a perdu son portable lors de l’agression.

D’après Peterson Luxama, Marx S. Leveillé devait réaliser un reportage à l’Hôpital Général (HUEH) ce 5 août. Des agents de l’USGPN contrôlaient le périmètre suite à un mouvement de protestation des étudiants de l’École Normale Supérieure (ENS). Le journaliste a sorti son téléphone pour filmer la scène avant qu’un agent de l’USGPN lui a ordonné de le rentrer. Ce qu’il a fait sans se rebeller. Un autre agent arrive et prend son portable et lui a contraint de le dévérouiller. Il a refusé et c’est ce qui a poussé ce dernier à l’écraser, explique Peterson dans un commentaire sur Facebook. La rédaction de TripFoumi Enfo a tenté vainement de contacter le confrère victime.

Marx Stanley Leveillé n’est pas le premier journaliste à être agressé par les agents de l’USGPN. En 2019, un journaliste de Signal FM a été malmené et perdu son portable dans les parages du Champ-de-Mars, alors qu’il devait couvrir un événement au Palais National. Faudra-t-il rappeler que les journalistes sont de simples serviteurs, œuvrant pour le compte de la société tout comme les policiers?

Quel que soit votre rang social, vous aurez besoin d’un jour à l’autre d’un journaliste, comme ce fut le cas du SPNH les mois passés. Pourquoi les maltraiter alors qu’ils ne font qu’exercer leur travail? Comment vous sentirez-vous si quelqu’un vous empêcherait d’exercer votre métier? Révolté? Offusqué? Il en est de même pour les journalistes.

La rédaction de TripFoumi Enfo présente sa solidarité à Marx S. Leveillé. Nous espérons que la Police et les journalistes arriveront à se rendre compte qu’ils ont pratiquement la même mission: protéger et servir la population et qu’il faut le faire ensemble. Sinon, on aura beau rêver de changer les choses en Haïti, mais ce serait impossible sans cette note de conscience.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker