Une réouverture des classes sans professeurs

Le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) a programmé pour ce 10 août 2020 la réouverture des classes. Fermées il y a environ 5 mois de cela, les écoles pensent ouvrir leurs portes. Une présence limitée des élèves dans plusieurs établissements scolaires dans différents départements et les professeurs sont les grands absents de cette réouverture. Ils réclament de meilleures conditions de vie, leurs arriérés de salaire.

Selon plusieurs reporters qui ont sillonné diverses écoles à Fontamara, Carrefour et Champ-de-Mars, les élèves sont peu nombreux dans les classes et les professeurs manquent à l’appel.

À Anse-à-Galets (La Gônave), à Mirebalais comme à Jacmel, des professeurs prennent la rue pour contester cette réouverture et réclament la subvention promise par le président Jovenel Moïse en mars dernier, leur nomination et une augmentation de leur salaire.

Il etait à Port-au-Prince, 10h50, quand des professeurs regroupés au sein de plusieurs syndicats se sont réunis pour protester devant les locaux du Ministère de l’Éducation Nationale à Nazon.

Les revendications restent les mêmes.

Parallèlement, certains responsables d’écoles exigent aux parents de payer le mois d’août bien avant de retourner en salle de classe, une décision critiquée.

S’il est vrai que les élèves avaient soif de reprendre le chemin de l’école, question de boucler l’année académique et subir les examens officiels, il faut croire que cela reste utopique. Sans professeurs il ne peut y avoir d’école. Entretemps, les manifestants rassemblés à Nazon promettent de descendre à Lalue, direction le Ministère de l’Économie et des Finances, sans accompagnement (pour l’instant) de la Police Nationale d’Haïti. Des pneus enflammés, une circulation paralysée se font aussi remarquer à Nazon.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker