Assassinat de Me Monferrier Dorval, Jovenel Moïse dans le viseur de l’opinion publique

Depuis après l’assassinat du professeur de droit constitutionnel et batônnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, maître Monferrier Dorval, les accusations fusent de partout. De l’avis de l’opinion publique, si le Palais National est le laboratoire où a été commandité l’acte, Jovenel Moïse en est le principal auteur intellectuel.

Deux jours après l’assassinat, on a contacté une source proche de l’équipe TFE résidée à Pèlerin 5 pour recueillir quelques informations concernant l’assassinat du professeur, sous le couvert de l’anonymat, elle nous a confirmé qu’il y avait une coupure d’électricité seulement quelques secondes avant l’assassinat du bâtonnier: « E nèg yo pat pran tan pou yo te bay li ankò aprè zak la fin fèt. Yon bagay ki trè ra nan zòn nan », nous a confié notre ami d’un ton certain.

De surcroit, n’est-ce pas absurde de se faire assassiner chez soi alors qu’on réside seulement à quelques minutes de la résidence privée du président ? Pèlerin 5, l’endroit où le bâtonnier a été a été tiré d’au moins huit (8) projectiles, est ce même quartier qui est surveillé en permanence par agents des forces de l’ordre, assurant la sécurité de Jovenel Moïse. Où étaient-ils passés ? Doit-on croire que les assassins du professeurs sont assez professionnels pour troubler la vigilance de ces agents, pénétrer la zone, tirer 8 balles et sortir de la zone en toute tranquillité sans aucune contrainte policière ? Tué à 9 heures du soir, le professeur a été attendu dans une embuscade ? Une embuscade à Pèlerin 5, dans le quartier résidentiel du Président de la République ? personne ne peut tenir assez longtemps que s’il n’est de l’équipe.

Aussi, doit-on rappeler le fameux discours tyrannique de Jovenel Moïse ? « Mwen vle wè aprè Bondye, kiyès ki gen pouvwa pase m nan peyi a ». Le bâtonnier n’a jamais été de mèche avec le pouvoir en place. Il était toujours le premier juriste à s’opposer aux décrets anti-constitutionnels de Jovenel Moïse. De plus, dans moins de 24 heures avant son assassinats, la victime avait déclaré publiquement dans une émission de radio que « le pays n’est ni dirigé, ni administré ». Une coincidence ? À vous de déterminer la réponse.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker