Insécurité en Haïti: Le président dominicain ordonne à l’armée de renforcer la sécurité à la frontière

De nouvelles dispositions ont été prises par la nouvelle administration dominicaine pour renforcer les mesures de sécurité sur les grands axes frontaliers reliant la République d’Haïti et celle voisine. La recrudescence des actes de violence, des gangs armés qui alimentent une nouvelle vague de protestations anti-gouvernementales en Haïti sont à la base de ces mesures.

Le ministre de la défense, le lieutenant général Carlos Luciano Díaz Morfa, a ordonné un renforcement de la sécurité à la frontière à titre préventif face aux manifestations des rues qui ont eu lieu en Haïti à la suite de l’assassinat du Bâtonnier de l’ordre des Avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval.

Un plus grand nombre de militaires a été envoyé spécialement à Jimaní, dans la province d’Independencia, car c’est la ville la plus proche de Port-au-Prince par rapport à la République dominicaine, selon l’ordonnance militaire.

L’armée du corps de sécurité des frontières et de la terre (Cesfront), commandée par le général José Manuel Durán Ynfante, une entité spécialisée dans le contrôle des entrées et sorties des Haïtiens en visite en République dominicaine, a été également activée.

Selon la presse, des gangs armés dans le pays encouragent la violence en mettant à nu l’incapacité des autorités à garantir l’ordre et la sécurité, et ces mêmes groupes prommeuvent aussi des protestations similaires contre le chef de l’État haïtien, Jovenel Moïse.

Les agences de presse dénoncent les liens existants entre les autorités et les gangs, en particulier les membres actifs et retraités de l’institution policière.

Le coordonnateur du Programme alimentaire Mondial (PAM) pour Haïti, Fabien Tallec, a annoncé vendredi que quatre millions de personnes dans le pays souffrent d’insécurité alimentaire, ce qui explique que 42% de la population haïtienne a besoin d’une aide alimentaire, dont 9% sont en phase d’urgence 4, le niveau qui précède la situation de famine selon la classification utilisée par l’Organisation des Nations Unies.

La crise a également été aggravée par les inondations causées par la tempête tropicale Laura, qui a traversé Haïti le 23 août dernier, aggravant également une saison agricole déjà menacée, selon le même rapport

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker