L’Ambassade Américaine ordonne, Jovenel Moïse obéit

Jovenel Moïse n’obéit uniquement qu’à la demande de l’Ambassade Américaine à Port-au-Prince. C’est ce qu’on retient dans des analyses entendues à l’émission «Laye» sur Zénith FM ce mardi 8 septembre 2020. La cessation automatique des publications de décret présidentiel et la volonté du président d’organiser les élections, comme ses chefs le lui avaient demandé, explique le bien fondé de cette hypothèse.

Après avoir publié le décret portant sur le code pénal, plusieurs secteurs de la vie nationale se sont élevés pour exiger le retrait ou l’abrogation de certains articles. Que ce soit du côté de l’Église Protestante ou l’Église Catholique en Haïti, ou tout au moins dans certains médias, les désaccords avec cette décision s’empilaient. Poutant, en bon «tête de mule», le chef de l’État s’en moquait et continue sa course. Des décrets en veux-tu en voilà. D’ailleurs, d’autres décisions du même genre s’ensuivaient. Pourtant, une fois que Madame Michele J. Sison, Ambassadrice des États-Unis en Haïti, a demandé au gouvernement de surseoir sur la publication des décrets et de mettre le cap sur l’organisation des élections, on constate une volonté accrue de Jovenel Moïse de mettre sur pied le Conseil Électoral Provisoire (CEP) et, paradoxalement, les décisions décrétales diminuent, pour ne pas dire disparaître.

L’idée faisant croire que Jovenel Moïse écoute seulement la voix de l’international semble être vraie. Des informations laissent croire que cette semaine, un décret portant sur la formation du CEP devrait être publié. Jovenel Moïse, pourrait-on dire, est un pion de la Communauté Internationale. Ainsi, on aurait espéré qu’à l’instar de l’organisation des élections, Madame Sison s’intéresse aux actes de banditisme qui sévissent en Haïti, notamment à Bel-Air et à la Croix-des-Missions, en Plaine, sans oublier Cité-Soleil. Aussi, le gouvernement aurait pu penser à freiner l’insécurité. On aurait pu circuler librement dans le pays, sans la peur d’être victime, comme ce fut le cas entre autres de Michel Saieh, Frantz Adrien Bonny et de Wilner Bobo.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker