Jocelerme Privert récolte de cruels commentaires en pleurant le départ de son ancien ministre

(TripFoumi Enfo) – L’ancien président Jocelerme Privert, dans un message publié sur son compte Twitter ce 20 septembre 2020, pleure la mort de Yves Romain Bastien, l’un des ses anciens ministres, décédé hier. En réaction à sa publication, il récolte certains commentaires des plus cruels et inestimables.

Yves R. Bastien était ministre haïtien de l’Économie et des Finances dans le gouvernement de M. Privert. Décédé des suites d’un cancer en France, l’ancien chef d’État exprime sa douleur. «Plus qu’un ami, Yves était pour moi un proche collaborateur, un homme rigoureux, un patriote dévoué pour qui j’avais beaucoup d’estime. Son départ pour l’au-delà, des suites d’une maladie courageusement supportée depuis 2 ans m’a beaucoup attristé. Bonne traversée à toi mon cher ami.», a-t-il écrit. En réaction, les internautes le fustigent de mauvais souhaits.

L’ancien ministre des finances Yves Romain Bastien est mort

«Li tèlman patriyòt gade kote l al mouri, nan peyi siwo myèl. E m pa kwè se tretman pou l te al fè la paske li menm ak bon zanmi l te fè tan nan Leta menm yon lopital pa t fèt. Maladi lopital jeneral se yo ki pi mal. Ban n anasi… Tank nou pa onèt ban n patriyòt.», écrit d’un côté cet utilisateur pour critiquer le fait que l’ex ministre soit mort en France et pas en Haïti, comme «patriote». D’un autre côté, cet internaute s’attaque directement à l’ancien président de transition: «Rete Privert mezanmi pou mouri pou tò nou fè peyi a, vòlò kòb peyi a al bati chato kay nan tèt mòn Boutilye, lanmò poko pase pran nou vre.». Un autre aborde dans le même sens en écrivant, sans réserve: «Kansè pa w lan ap vini tonton, kòb pèp pa nan rans. Nou manje mal, ebyen n ap lèd nan fim nan.». Un troisième commentaire du même genre survient, pour exprimer les mécontentements de la gestion du dernier gouvernement de transition qui n’a rien fait de concret pour le pays, sinon qu’organiser malgré tout les dernières élections: «Sèl konsa pou n jwenn jistis a vòlò sa ki kraze peyi a, ranje kò w kou pa w dèyè. Ban n chat mawon!».

Qu’il soit sur Facebook, Twitter ou Instagram, les internautes sont sans pitié et disent ce qu’ils veulent. Surtout quand ils doivent commenter une publication des fonctionnaires de l’État ou de quelqu’un ayant commis une faute. L’internet est l’un des meilleurs endroits pour s’exprimer, aussi, c’est l’un des espaces où les critiquent n’en manquent pas. Quoique habitué, Jocelerme Privert a pris la raclée du week-end. L’ex chef d’État va devoir mettre sa barbe à la trempe, vu ces commentaires de mauvais goûts dont il a été l’objet.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker