Pourquoi Jovenel Moïse veut à tout prix organiser les élections?

(TripFoumi Enfo) – Massacre de La Saline, Massacre de Carrefour Feuille, massacre de Bel-Air, dilapidation du fonds PetroCaribe, assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval, assassinats des militants politiques et journalistes, création de G9 An Fanmi & Alye… Jovenel Moïse, Martine Moïse, Michel Joseph Martelly, Sophia Martelly, Olivier Martelly, Laurent Salvador Lamothe et consorts irons tout droit vers la prison si le Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) ne gagne pas les prochaines élections.

Si Jovenel Moïse veut à tout prix organiser les élections, ce n’est pas parce qu’elles sont la voie démocratique la plus sure pour administrer le pouvoir public comme il l’a prétendu à mainte reprises, mais tout simplement parce que si c’est son équipe et son Conseil Électoral Provisoire (CEP) qui les organisent, il leur sera plus facile de manigancer les résultats, comme ca, ils pourront rehisser facilement d’autres « Tèt Kale » dans les rênes de l’administration publique haïtienne et fuir la possibilité de se faire enfermer derrière les barreaux pour les innombrables torts qu’ils ont causés au peuple haïtien pendant leurs dix (10) ans de gouvernance.

Selon plusieurs enquêtes menées par des institutions indépendantes et autonomes du pays, dont la Fondasyon Je Klere (FJKL) et le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), si Jovenel Moïse et consorts sont les auteurs intellectuels de plusieurs cas d’assassinats et massacres perpétrés dans le pays, le Palais National est le laboratoire principal au sein duquel ces crimes ont été commandités, dont le plus meurtrier est celui de La Saline.

De surcroit, ces tenants du PHTK auront de nombreuses questions à répondre devant la justice haïtienne pour avoir dilapidé le fonds PetroCaribe estimé à plus de 3 milliards de dollars américains. Si cette somme n’avait pas été gaspillée dans des projets bidons, et détournée à des fins personnelles, le pays serait sûrement vu autrement, tel est maintenant le cas de la République Dominicaine qui a su dépenser la leur à des fins progressistes.

Comment ne pas croire que les joutes électorales organisées par le pouvoir en place ne seront pas frauduleuses quand Michel Joseph Martelly avait lui-même affirmé que « PHTK ap dirije peyi sa a pandan o mwen 50 lane » ? Une affirmation qui a été reprise par le président Jovenel Moïse qui n’a pas passé par quatre (4) chemins pour dire que : « Kèlkeswa eleksyon ki fèt nan peyi a, à qui veut l’entendre, pèsonn paka pran pouvwa a nan men nou ». Il a fait cette déclaration le mois dernier au Palais National lors de la tenue de son programme baptisé « Dialogue Communautaire ».

Partant, le peuple haïtien, la société civile, les différents membres de l’opposition, les medias, ne devraient-ils pas tous se mettre ensemble pour contrecarrer cette stratégie de Sola ? La classe politique haïtienne se réclamant de l’opposition, ne devrait-elle pas aussi se doter de son Sola si elle veux vraiment se faire élire aux rênes de l’administration publique haitienne ?

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker