Ce « trou de merde » dont les États-Unis ne peuvent pas s’en passer

(TripFoumi Enfo) – Haïti, étant le pays le plus pauvre de l’Amérique, pour ne pas dire le plus appauvri de la région, a été traité de « trou de merde » par le premier citoyen américain, en la personne de Donald Trump. Parallèlement on peut voir que ce « Trou de merde » intéresse tellement le pays à la bannière étoilée qu’on a l’impression qu’il est son prolongement, comme c’est le cas de Porto Rico.

Ils s’immiscent dans nos affaires internes au point qu’ils deviennent eux-mêmes plus soucieux que nous-mêmes des affaires du territoire.

Le 8 septembre 2020, sur le compte Twitter de l’ambassade des Etats-Unis en Haïti, un extrait d’une déclaration du secrétaire d’État Américain, Mike Pompeo stipule : « le secrétaire Pompeo appelle à des élections libres et justes en Haïti ». 5 jours plus tard, toujours sur ce compte Twitter, les Etats-Unis ont exigé qu’un nouveau CEP (Conseil Electoral Provisoire) soit mis en place sous peine de sanctions pour ceux qui en feront obstacle. Un ordre rapidement exécuté par le président Jovenel Moïse. Ce 21 septembre 2020, ils annoncent qu’ils prennent note de la formation du CEP et qu’ils attendent la publication d’un décret électoral et du calendrier électoral pour le rétablissement du parlement.

N’est-ce pas de l’ingérence? L’Ambassade d’Haïti aux Étas-Unis ou n’importe quelle autre Ambassade d’ailleurs, peut-elle oser se prononcer, sur la tenue de la présidentielle de novembre?

En plus de faire à Haïti de la dictée, ordre auquel Jovenel Moïse n’a pas tardé à obeir, mais a aussi menacé de sanctionner tous ceux et celles qui osent empêcher la tenue des prochaines élections. Ils nous suivent à la lettre. On dirait qu’ils interessent aux élections de ce  » trou de merde » plus que les Haïtiens eux-mêmes le sont.

Faut-ils rappeler que ces mêmes États-Unis qui chantent haut et fort « il faut qu’il y ait de l’élection en Haïti, en vue de promouvoir la Démocratie » sont les mêmes qui déclarent n’avoir pas reconnu la légitimité de Nicolas Maduro à la tête du Venezuela (malgré qu’il a été élu), et qui, par conséquent, a encouragé et supporté un gouvernement de transition avec un président auto-proclamé ?
Quelle ambiguïté ?

L’attachement des États-Unis pour les élections haïtiennes devraient retenir l’attention de tous les Haïtiens. Pourquoi un tel sentiment ?
Déjà on est pour eux un « trou de merde ». Et ce, le fait même de supporter un corrompu comme Jovenel Moïse à la tête de la magistrature suprême de l’État haïtien prouve que les États-Unis nous détestent. Les Haïtiens doivent tous se méfier de tout ce que la Maison Blanche aime, et aimer tous ce qu’elle détestent pour Haïti.

Nous sommes arrivés à un moment où tous les Haïtiens doivent se soulever d’une seule voix, pour dire non à l’ingérence de la communauté internationale dans les affaires privées de la République d’Haïti. Il nous faut des chefs d’État, digne de ce nom qui savent tenir tête face aux États-Unis qui se croient maître du monde et les Amériques en particulier. Mais, pour se faire, il faut élire des dirigeants compétents, pas les sous-hommes à l’instar de Jovenel Moïse, Michel Joseph Martelly et consorts. Sinon, le pays sera toujours à leurs yeux le « trou de merde » qu’ils prétendent enchérir.


Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker