“On doit repenser l’État” , le cri de Cherisier Lavoisier Junior dans une lettre ouverte à Claude Jospeh

New York, le 16 Septembre 2020

Mon cher Claude Joseph,

“Même si un homme a commis le mal mille fois, ne le laissez point le faire encore.” Udananvarga XXVIII, 21

Objet:

Si Je viens aujourd’hui, c’est pour t’onctionner d’une huile purifiante afin de te ramener sur le chemin de la droiture et de l’intégrité. Je demeure persuadé que toi le Claude Joseph d’ aujourd hui, ne saurais reconnaître, la portée salvifique de ma démarche ici. Néanmoins ne t’en inquiètes pas Claude, je t’assure que tu finiras un jour prochain, sinon dans ta vieillesse, par comprendre et même apprécier à sa juste valeur ma démarche.

Tu le sais bien, ta lettre en tant que Ministre des Affaires Étrangère d’Haiti a.i. en date du 31 août 2020 adressée au corps diplomatique est vermoulue d’un fallacieux prétexte qui n’est autre que de défendre l’indéfendable. A aucun moment tu n’y a su faire du doute ton pivot afin de signifier une quelconque – volonté- de faire jaillir la vérité qui devrait être l’épicentre de ton argumentaire. Au contraire!

Serais-je le plus aveugle de toute une génération d’hommes et de femmes haïtiens qui, après avoir fait lecture de ta lettre adressée au corps diplomatique pour -en principe- dénoncer les atteintes à la démocratie en Haïti, a ne pas y voir clair? Non. Par conséquent, les propos que je devrais proférer à ton égard aujourd’hui se devrait d’être plus tranchant que l’acier trempé! néanmoins, je nourris encore l’espoir de te ramener à la raison.

Tu chercherais vainement à convaincre le corps diplomatique que le climat d’insécurité et d’actes criminels qui endeuillent la nation, notamment l’infâme asassinat perpétré contre le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince, Me. Monferrier Dorval, que tu présentes comme étant en étroite corrélation avec une quelconque gabegie du secteur pétrolier. Ceci, utilisant a contre-sens, les rapports IGF, ULCC, UCREF pour en faire un constat de marges bénéficiaires indûment perçues par le secteur pétrolier au détriment de l’État Haïtien. Tu aurais voulu rendre le secteur pétrolier responsable de tout passe droit ou incompétence de ton régime dans la gestion gouvernementale.

Pour ta gouverne, Je reprends ici la publication du Le Nouvelliste en date du 2 Septembre 2020 prouvons que tes efforts sont en vain.
“L’association des professionnels du Pétrole dénonce les accusations du ministre des affaires étrangères et des cultes, Claude Joseph imputant la responsabilité du climat d’insécurité aux mesures prises par le gouvernement de cesser certains avantages sur le carburant et le pétrole. L’association qualifie de dénonciations calomnieuses et de diffamation le contenu de la lettre de Claude Joseph adressée au corps diplomatique, en date du 31 août 2020.
Ton message est donc limpide pour la presse et le publique. Il se dégage de ton discours une part -d’inconscience voulue- mêlée à une détermination serville de bien se faire voir par la hiérarchie politique d’un régime failli. Ton positionnement dégage surtout un relent de trahison envers la population qui au fait n’est nullement dupe de ta petite manoeuvre. Mais encore, cette prétention à confondre le peuple ne fait qu’ illustrer de ta part, un manque de compréhension des réalités de notre pays, annoncer un échec personnel pour ta renommée. Si tu as voulu jouer au plus malin c’est sans sans doute comprendre les périls auxquels Tu exposais personnellement ta carrière et au-delà, le plus important, le mal auquel tu expose notre pays Haïti.

C’est ici que je partage les craintes et le choc ressentis par les secteurs qui ont témoigné leur indignation quand á ta prise de position car même avec un doctorat, tu as omis de faire preuve d’expertise et d’universalité, voir d’ humanité.
Or, Tu devrait savoir mieux que quiconque qu’un engagement public implique une rigueur dans l’analyse mais également de la probité dans le discours. Cependant, voilà, que tu t’ es départi sans vergogne de vertus que je te connaissais pour glisser dans l’opportunisme du sauve qui peut.

Je m’en voudrait également de ne pas te rappeler que tu te devais d’être un modèle pour la jeunesse haïtienne aujourd’hui en quête de repères mais c’est avec dépit que j’ai réalisé ton choix pour te perdre dans les mirages des déserts arides. Désormais poinçonné sur ton front la honte et l’infamie tout juste dans le but de couvrir et d’assurer une quelconque défense à un régime pourri et corrompu.

Ton attitude de gazelle affolée qui cherche désespérément un riche pâturage puisque avide d’avantages personnels et de reconnaissance, ne saurait laver ton âme souillée. Tu as accepté de s’aligner à cet clan carnivore qui habite l’âme de nombreux concitoyens, ceux qui comme toi se jettent en politique vendant leur avenir pour un plat de lentille.

Écoute-moi bien esprit nocif, aucune huile sacrée ne saura te sauver si tu ne fais en hâte marche arrière. Saches que ta gloire actuelle est voilée d’impureté tandis que le sceptre de ton règne n’ est qu’ un sceptre d’impunité et d’injustice.
Tu n’en était pas á ton premier coup d’essai. Je reprends ici un texte de la presse. TripFoumi Enfo publiait déjà le 28 Mai 2020:

Le ministre Claude Joseph, exemple parfait d’un intellectuel sans conviction? Dans les colonnes du journal en ligne Rezo Nodwes, cet intellectuel a fait publier le 26 février 2016 un texte ayant pour titre « Les Tèt Kale veulent le beurre et l’argent du beurre! ». Il commence le texte comme suit : » Après avoir, comme des vautours inassouvis, desséché les finances publiques du pays, maintenant apeurés d’une reddition de comptes, au lieu de filer doux, vous préférez ajouter l’insulte à l’injure comme si la société haïtienne était une paroisse avec des sujets ne devant qu’obéïr à vos ordres injustes et incestueux ».

Est il util de te rappeler Claude, que nous autres haïtiens, notre force de caractère forgé par les coups de fouets du maître colon et notre capacité à supporter, endurer, résister, se révolter, nous ont toujours amené à chambarder tout système d’oppression. Notre humanisme a fait reculer les frontières et notre courage nous apporte l’approbation du divin.

Le 1er Janvier 1804, nos ancêtres après une longue lutte armée contre le système colonialiste et esclavagiste imposé par l’Occident, ont fait le choix “d’Être” par la négation de leur Existence. Ils ont choisi de mourir aux conditions matérielles du système tout en préservant son “Essence”.

C’ est en ce sens qu’en date du 2 mars 2019, en Turquie, notre pays était redevenu sur le devant de la scène mondial dans un article publié et intitulé: ”Pourquoi Haïti est important dans l’histoire de monde”. Ce petit pays que l’occident a voulu occulter sur la scène mondiale pour avoir ébranlé les fondements du système colonialiste et esclavagiste d’antan est aujourd’hui devenu source d’inspiration pour beaucoup de pays qui vivent encore sous le joug atroce et criminel du néocolonialisme impérialiste.

Faut comprendre que notre conscience de soi aujourd’hui est absente dans l’espace haïtien. Elle est prisonnière et esclave de la pensée occidentale. Peu à peu, notre conscience a été annihilée par les colons intellectuels de ton étoffe, ceux qui travaillent de concert avec leurs maîtres occidentaux pour nous maintenir aliénés. L’occident, cet éternel autre qui nous applique la répression en permanence, cherche depuis toujours et partout les mécanismes à éteindre le cerveau haïtien.

Ce parasitisme intellectuel auquel l’élite intellectuelle haïtienne est soumis doit être perçu comme l’un des maux de notre société dont les racines remontent à l’époque coloniale. Cet asservissement par la pensée est encore pire que les chaînes physiques que nos ancêtres ont pu rompre au prix de leur sang. L’amour de soi, de notre humanité dans notre haitianisme, doit être l’expression d’une pensée libre qui se débarrasse du parasitage intellectuel et réanime notre conscience léthargique.

Le philosophe Hannah Arendt a relaté cette réflexion qui fait écho: “Penser en soi est dangereux”. C’est parce que dangereux, qu’elle nous invite à nous pencher sur cette activité qui porte à faire face à notre réalité, à comprendre nos conditions et notre monde mental; ceci afin que -nous inspirant de l’effroi, de la peur, de l’angoisse- que nous animions le changement. Il n’est pas question d’éviter le danger de la pensée mais de l’embrasser parce que c’est une activité difficile. En effet, Penser, c’est accepter d’épouser notre réalité mentale, à la fois, souffrance et misère, telle qu’elle se présente à notre conscience, de la cerner pour la comprendre.

Claude, cela fait des temps que tu as cessé de penser et c’est cette cassure dans ta capacité d’évaluation, de jugement, qui inéluctablement t’a conduit à banaliser le mal. Ce mal qu’engendre le régime PHTK, système pervers système néfaste comme il y en a eu? vus et revus par Arendt et Terestchenko. Oui, mon ami, ton cerveau est enrobé de sombres nuages chargé de mensonges t’’assurant peut être une pluie des bénéfices immédiats mais momentanés, à ton seul profit; un avenir politique grandiose mais illusoire. Je te mets donc en garde car cette tromperie malhonnête n’est qu’une illusion de grandeur mis en place par ce misérable régime politique.

De plus, ta démarche est la preuve flagrante et choquante que l’homme haïtien connu pour être réceptif aux idéaux des modèles occidentaux, l’est en effet. Tu es donc contraint à penser à l’Occidentalo-centrisme, ce qui n’est en soi qu’ une véritable aliénation de nos valeurs en tant que peuple. Tu n’es pas sans savoir que toutes les structures mentales que l’occident t’imposent pour t’ériger en un intellectuel conditionnent et limitent ta libre capacité d’expression, ta vision du monde ? Et c’est effectivement ce ciel toujours colonisé par les dieux étrangers qu’ils nous ont légués, qui est devenu notre enfer mental. Plus de 200 ans de chaos, d’angoisse existentielle ontologique, d’amertume, de ténèbres spirituels enfin, l’enfer mental. Or c’est dans cet univers que nous devons puiser les matériaux, les rudiments nécessaires pour construire une nouvelle pensée par, de, et pour nous-mêmes. Alors, comment, dans ce ciel hérité et imposé d’ailleurs, pouvons-nous concevoir la liberté de notre “Pour-Soi” cet ‘Être” -qui est ce qu’il n’est pas et qui n’est pas ce qu’il est- et donc compris comme potentialité et ouverture aux possibilités multiples?

Tout effort qui vise à décoloniser le ciel haïtien de ses dieux étrangers ( structures, outils, et formes mentales) est fondé sur le refus de l’aliénation mentale. Une responsabilité morale qui orientera notre liberté vers l’appropriation et la création d’un univers mental compatible avec notre “Pour-soi”. Pour se traduire dans les faits par l’élimination totale de notre facticité mentale. Ce travail philosophique doit commencer par une critique massive de l’ensemble de notre univers mental id nos représentations mentales ( la connaissance, croyances religieuses, la morale classique..etc.) aboutissant à un rejet total ou la néantisation de tout ce qui n’est pas notre “Pour-soi”.

C’est une invitation à “Penser” par nous-mêmes et pour nous mêmes. Penser, c’est aussi une façon d’exister. “Exister” dans le sens ontologique du terme a travers la création d’un ensemble de valeurs, principes qui nous permettent de nous définir dans l’univers mental par rapport au non-soi. Tous les dieux étrangers (idées préconçues, pensées, croyances, idéologies, etc) venues du reste de l’univers mental, par la rencontre a notre propre pensée, doivent être appréhendées, analysées, scrutées et retravaillées en les interrogeant au travers du filtre de nos propres convictions et visions du monde. Nous devons libérer notre ciel de tous les esprits-colons en nous extirpant de leur dépendance spirituelle. Il est impératif que nous devenions autonome au niveau de la pensée. L’obtention de cette liberté complète tant voulu et rêve par nos ancêtres, nous pouvons nous l’approprier par le biais d’une pensée propre et spécifique élaborée dans ce but. Cette élaboration sera le fruit d’une volonté haïtienne qui se veut autonome et libre à travers un positionnement du soi sur l’échiquier mental mondial. Cette dernière s’autorise à inventer ses propres outils d’opérations mentales et spirituelles.

Au fait, on doit repenser notre “Humanité” dans notre haitianisme. Eh oui, penser notre humanité dans notre haitianisme fait peur, parce que ce que nous complaisons à occulter le mal, le chaos, la complexité des choses, en d’autre terme “ l’Autre” -qui est à la fois en nous et hors de nous- et qui nous frappe de plein fouet telle une vague démontée de l’océan du monde. Mais encore, nous devons penser à nous aimer et à aimer la vie sous toutes ses formes. C’est cela “Être humain”. Je dirais qu’il nous faut aimer l’autre, le reste du monde, mais toujours penser à soi, s’armer d’une force de résistance chargée d’amour en premier lieu. .

Quand on contemple des comportements abusifs sur le terrain, le tient entre-autres, Claude, on comprend vite qu’il soit impératif, urgent, important d’appréhender de cette mentalité fourbe, généralement exhibée sans vergogne aucune. Un examen sérieux des réalités psychologiques, de l’ idiosyncrasie insulaire locale desquelles découlent nos conceptions sans fondement adapté au terrain. …Celle de l’homme haïtien dans ses relations les plus intimes en rapport avec ses habitudes mentales de base nous interpelle. Pendant longtemps, nous autres haïtiens, nous acceptons de survivre sans penser a nos comportements. Il est encore temps pour nous de laisser vivre planer et atterrir sur place l’esprit haïtien? …observer, ordonner, corriger, apprendre, pratiquer, pour se réinventer. Camarade, Je souhaite vivement que tu te reprennes, il y a tant á faire mais bien faire et faire bien.

Et je te dis au cas ou tu aurais jeté dans l’oubli, que tu en arrives à méconnaître nos attaches passées que cela m’ affecterait immensément. Cependant tu auras peut-être raison parce que métamorphosé en chancellier-propagandiste, tu auras adopté le mode pantin dont tu décris si bien la gesticulation dans ta lettre de 2016. T’en rappelles-tu? Le pantin aujourd hui c’ est qui? et je te demande: est- il nécessaire de s’enquérir de de qui sont les paroles suivantes adressée au parti PHTK? “Il vous faut rendre des comptes messieurs.” Eh oui, actuellement cet avertissement coule de en 2016 de ta plume acérée d’ érudit. Réalises- tu seulement , que ton énoncé s’adresse également en ce moment á toi-même: Claude Joseph? Et je prends la peine de te dire – malgré tes dérives réitérées- camarade: “ Il n’ est jamais trop tard pour bien faire: “Reprends-toi cher camarade sans tarder. Claude, reprends-toi”!

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker