La DCPJ n’a rien fait pour remonter la filière des auteurs intellectuels de l’assassinat de Me Monferrier Dorval

Dans une note rendue publique ce vendredi 25 septembre 2020, l’avocat militant Me André Michel relève des manquements graves dans le rapport d’enquête de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) sur l’assassinat du Bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince Me Monferrier Dorval lâchement assassiné dans la nuit de vendredi 28 août dernier.

J’ai lu et relu les 26 pages du rapport d’enquête de la DCPJ sur l’assassinat du Bâtonnier Monferrier DORVAL. Il est clair que la DCPJ n’a rien fait pour remonter la filière des auteurs intellectuels de ce CRIME.

C’est vrai que la DCPJ a relaté dans son enquête que les nommés Markender Fils aimé et Dunes Villepique ont des engagements politiques et sont très influents à Pétion Ville et particulièrement à JUVENAT. Mais il faut remarquer que les hommes et les femmes de la DCPJ n’ont même pas eu le courage de faire allusion au Camp Politique auquel ces deux-là appartiennent. Or, en tout état de cause, si la DCPJ reconnaît que les mis en cause ( Makender fils Aimé et Dunes Villepique) sont politiquement influents dans la commune de Pétion Ville, la DCPJ aurait dû, le plus naturellement du monde, explorer l’hypothèse d’un Crime Politique. Bizarrement, ce travail n’a pas été fait.

Je suis sûr que , si Makender Fils Aimé et Dunes Villepique appartenaient au Secteur Démocratique et Populaire, la DCPJ aurait privilégié l’hypothèse d’un assassinat politique et aurait convoqué tous les dirigeants de l’opposition. Tout le monde sait que Makender fils Aimé et Dunes Villepique sont des lieutenants Politiques du PHTK et du Pouvoir; qu’ils sont très liés à la première Dame, Martine Moïse. Les deux sont très proches du Palais National où ils travaillent d’ailleurs.

Martine Moïse est le suspect numéro 1 . Le travail de la DCPJ est incomplet. Les circonstances politiques actuelles ne permettront à la DCPJ et à la Justice de faire jaillir la Vérité autour de l’Assassinât du Batonnier DORVAL. Seule une commission d’enquête internationale indépendante nous permettra de comprendre ce qui s’est passé. Si Jovenel Moïse et Martine Moïse savent pertinemment qu’ils n’ont absolument rien à se reprocher, ils seront les premiers bénéficiaires du travail de cette commission d’enquête internationale qui les lavera de toute souillure et de tout soupçon .

André Michel, Avocat, Porte-Parole du Secteur Démocratique et Populaire

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker